Une salle de bain accessible à tous

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Vous rénovez la salle de bain? Ou vous prévoyez acheter une maison ? Pourquoi ne pas songer au confort et à la sécurité des membres de la famille et ne pas attendre que l’un d’entre eux donne des signes de perte d’autonomie?

La Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) vous guide:

-Situez la salle de bains à un endroit de la maison où tout le monde pourra s’y rendre facilement; comme au rez-de-chaussée ou près d’une entrée accessible.

-Assurez-vous que le plan de la salle de bains et l’embrasure de porte prévoient suffisamment d’espace pour qu’une personne se déplaçant en fauteuil roulant puisse l’utiliser sans difficulté. Par exemple, si l’on vous a chargé de concevoir une salle de bains pour quelqu’un qui utilise un ambulateur (une « marchette ») ou un fauteuil roulant, veillez à ce que la pièce offre un dégagement minimal de 1 500 x 1 500 mm (59 x 59 po) pour faire demi-tour, et au moins 750 x 1 200 mm (30 x 47 po) de libre devant ou à côté de la toilette, de la baignoire, de la douche et des espaces de rangement.

-Placez les robinets de la douche et de la baignoire ainsi que les interrupteurs et autres commandes de la salle de bains à des endroits faciles à atteindre, et essayez de regrouper les éléments qui sont habituellement utilisés ensemble. Cela aura pour effet de réduire le nombre de déplacements dans la salle de bains, surtout lorsque l’utilisateur est mouillé.

-Pour mieux prévenir les chutes et les blessures, installez des barres d’appui à côté de la toilette et de la baignoire, optez pour des surfaces antidérapantes dans la baignoire ou la douche, évitez les arêtes vives et assurez-vous que la salle de bains offre un éclairage suffisant pour faciliter la tâche à une personne ayant une déficience visuelle. En général, il est conseillé d’éviter les tapis de salles de bains, parce qu’ils peuvent faire trébucher et qu’ils constituent un obstacle pour les personnes dont la vision est limitée ou qui ont recours à une aide à la mobilité.

-Pour répondre aux besoins divers des gens, ou pour suivre l’évolution de votre propre famille au fil du temps, cherchez des façons d’inclure des appareils ou des éléments architecturaux pouvant être facilement adaptés au gré des besoins. Par exemple, installez une pomme de douche sur un support coulissant vertical afin de pouvoir placer la pomme de douche à différentes hauteurs. Ajoutez un siège de toilette surélevé et des barres d’appui rabattables. Vous pouvez aussi faire usage d’un rangement mobile sous le lavabo, afin de pouvoir l’enlever si vous devez fournir plus d’espace pour les genoux à une personne se déplaçant en fauteuil roulant.

-Choisissez des revêtements de sols, des baignoires, des douches, des toilettes et des accessoires qui seront faciles à nettoyer et à entretenir. Par exemple, il sera utile d’installer une douche qui se vide complètement pour prévenir la croissance de moisissures ou de faire en sorte que votre salle de bains soit suffisamment ventilée pour éliminer l’air humide et, par le fait même, les risques de prolifération de la moisissure.

-Si vous avez des enfants ou si votre famille compte une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, une personne dont la mémoire est déficiente ou une autre qui a une déficience développementale, portez une attention particulière au rangement sécuritaire des médicaments et produits de nettoyage. Aussi, il sera peut-être utile de poser des vannes de mélange qui limitent la température de l’eau chaude et préviennent les risques de brûlures.

Ces conseils sont aussi pertinents lors de l’achat d’une nouvelle maison.

Vous pouvez obtenir un exemplaire gratuit du document de la SCHL.
Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone