Sa poule fait une dépression!

Ne riez pas! C’est bel et bien arrivé à Kiki, la poule préférée d’une amie.
En voyage pour un mois, quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que Kiki, la poule de mon amie, refusait de manger. Elle se promenait toute triste de la cour à la maison. La mère de mon amie n’a eu d’autre choix que de faire comme sa fille et de bercer Kiki en la caressant tout doucement pour qu’elle mange un peu.

photo : iStock

Moi qui pensais que les poules n’avaient pas de tête! Il s’avère qu’elles ont du cœur!

En faisant une petite enquête auprès d’amis qui ont grandi sur des fermes, une autre surprise m’attendait. Plusieurs avaient des amis poules qui se promenaient dans leur cuisine. Comme le font les chats des citadins. J’ai même vu un vaisselier en coin transformé en incubateur à poussin! Chaque enfant avait sa poule préférée qui les suivait joyeusement partout. Pour eux, les poules étaient des animaux de compagnie.

J’ai alors pensé à l’engouement de plus en plus croissant des citadins de Montréal, Victoria etc. pour les poulaillers de ville. Ce n’est donc pas juste pour les œufs! Ou la chair direz-vous! Mais mon amie grimace de dégoût à cette seule évocation. Comme si on vous annonçait qu’on mangerait votre chien ou votre chat pour le souper au fond!

Sommes-nous en train de changer notre perception et notre définition des poules?

Selon la définition du Règlement sur la garde d’animaux de la Ville de Trois-Rivières par exemple, un animal de compagnie se différencie de l’animal de ferme comme suit :
« L’animal de compagnie est un animal qui vit auprès de l’homme pour l’aider ou le distraire et dont l’espèce est domestiquée, notamment :
1°      un chien, un chat ou un poisson d’aquarium;
2°     un hamster, une gerbille, une gerboise, un cochon d’Inde, un furet ou un lapin nain;
3°     un reptile, à l’exclusion d’un crocodilien, d’un lézard venimeux, d’un serpent venimeux ou d’une tortue marine;
4°     un oiseau appartenant à une espèce pour la garde en captivité de laquelle aucun permis n’est requis par Règlement sur les animaux en captivité (R.R.Q., C-61.1, r. 5);
Et un « animal de ferme » est un animal que l’on retrouve habituellement sur une exploitation agricole aux fins de production alimentaire, de reproduction ou de loisir. »

Une demande auprès de quelques villes me révèle que les poulaillers ne sont autorisés qu’en zones agricoles.

Pourtant selon le Larousse, une poule est la « femelle de l’espèce domestique de gallinacés (Gallus), répandue dans le monde entier, élevée pour sa chair et pour ses œufs. »

La poule étant domestiquée et appréciée par plusieurs, pourquoi ne pourrait-elle pas faire partie des animaux de compagnie?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone