Sa bibliothèque comprend 50 000 livres

Source : iStockPhoto

Et le propriétaire a le culot de dire qu’une bibliothèque doit contenir des livres à lire et non des livres lus. Ce propriétaire, c’est Umberto Eco, écrivain et essayiste de réputation internationale.
Peut-être que le nom de l’homme ne vous dit rien. Attendez : si on vous dit Le nom de la rose, célèbre roman publié en 1980, vendu depuis à des millions d’exemplaires dans le monde entier. L’histoire se passe dans un monastère dans les années 1300. C’est un polar religieux dans lequel se déroule une série de meurtres mystérieux. Le film tourné à partir du livre met en vedette Sean Connery.

Umberto Eco. Photo Università Reggio Calabria (Wikipedia)

Eco est aussi l’auteur du Pendule de Foucault, autre polar au succès planétaire. Encore là, le roman regorge de mystères et d’allusions historiques.

Revenons à la bibliothèque. Wikipedia estime qu’Eco possède 30 000 livres au premier étage de sa résidence; 20 000 au deuxième. Un total de 50 000 bouquins! Tous répartis dans plusieurs pièces dont  ils tapissent les murs. Apparemment que certains rayons de la bibliothèque ploient littéralement sous le poids du papier. Pouvez-vous imaginer 50 000 volumes disséminés un peu partout dans votre maison, le long des murs?

Il faut comprendre que l’écrivain italien, qui habite la ville de Milan, ne se borne pas à écrire. L’homme est un multimaniaque : langues, histoires médiévales, philologie, études des médias de masse,  antrophologie. Il est ce qu’on appelle un érudit.

Ceux et celles qui ont lu Le nom de la rose se souviennent peut-être que le roman était un mélange  de fiction, d’études bibliques et de philosophie datant du Moyen Age. Un suspense mystique comme le Code Da Vinci mais beaucoup plus gargantuesque. Seul un érudit pouvait écrire une telle histoire. Et quel est l’endroit central où se déroule l’intrigue? La bibliothèque du monastère. D’ailleurs, Eco a déjà consacré tout un livre aux bibliothèques.

Avant d’être un rat de bibliothèque, Umberto Eco est un passionné des mots au point de faire des recherches de longue haleine sur leurs sens et leurs histoires. On voit donc l’équation s’établir:  la passion des mots engendre la passion des livres qui engendre 50 000 livres rangés dans deux bibliothèques. Et sûrement ailleurs.

Umberto Eco possède-t-il la bibliothèque la plus volumineuse au monde en termes de livres? Impossible de répondre. Reste que les bibliothèques de plus de 50 000 livres chez les particuliers ne doivent pas être monnaie courante.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone