Mégapole Anyang, Corée du Sud. iStockphoto

Résidence et prestige en Corée du Sud

On tient souvent pour acquis qu’ailleurs, ça se passe exactement comme ici dans le secteur de l’habitation. Que ce soit pour l’achat, la location, le courtage immobilier, l’ameublement.

C’est faux.

Lorsque j’ai terminé le chapitre portant sur le logement du bouquin Vivre la Corée, j’avais l’embarras du choix pour le titre de ce billet tellement les différences étaient frappantes. C’était surprise après surprise.

La Corée du Sud, c’est en Asie. Là-bas, la culture est complètement différente. Elle se rapproche plus du Japon que de l’Amérique ou de l’Europe. Nous sommes loin du bungalow nord-américain.

À force de fréquenter les clubs med dans les pays du Sud ou de limiter nos voyages à l’Amérique du Nord, il est normal de penser que tout est uniforme dans l’univers de l’habitation. Il faut se tourner vers les pays éloignés pour apprendre de nouvelles façons de faire.

Une mise au point s’impose: la Corée du Sud n’a rien à voir avec la Corée du Nord qui fait régulièrement les manchettes avec son célèbre dictateur. Trop de gens confondent les deux pays. Comme en Amérique et en Europe, la vie est un long fleuve tranquille en Corée du Sud.

Contrairement à ici, les Coréens aiment la vie en appartement. Et ils en tirent souvent une énorme fierté,  comme le rapporte l’auteur Anthony Dufour que nous citons intégralement:

Intérieur dune maison en Corée du Sud. iStockphoto
Intérieur dune maison en Corée du Sud. iStockphoto

«Les familles coréennes prisent aujourd’hui avant tout la vie en appartement, dans d’immenses complexes aux noms exotiques: Art-Ville, Lotte Castle, Riche-Ville…Autant que la marque de la voiture, la «marque» de sa résidence est une question de prestige. Le prix d’un logement ne dépend pas uniquement de sa qualité, mais plutôt du statut de ses voisins

«Appartenir à un lotissement prestigieux est censé permettre de créer des contacts sociaux de qualité et d’inscrire ses enfants dans les meilleurs établissements scolaires. Le prix du logement n’est d’ailleurs pas toujours lié à sa taille.
Anthony  cite en exemple des immeubles locatifs qui entourent des écoles prestigieuses. Conséquence: ces immeubles figurent parmi les plus chers au pays. «Dis-moi où tu habites, je te dirai qui tu es», écrit Anthony pour mieux décrire la culture de l’habitation en Corée du Sud.

La suite demain.

Référence:
Vivre la Corée, le guide pratique de la vie en Corée du Sud, Anthony Dufour, HikariÉditions, 2014, 331 pages

Photo : iStockphoto

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone