Rénover avant de vendre?

iStock
iStock

Mettez-vous à la place de l’acheteur qui fera une offre pour votre maison. Circulez en observant l’intérieur de chaque pièce. Et l’extérieur également. Prenez le temps qu’il faut. Et demandez-vous : «Est-ce que j’achèterais cette maison telle qu’elle est? Le ferais-je dans l’état qu’elle se trouve et pour le prix que j’ai l’intention de demander?»

Essayez de regarder votre maison avec un regard neuf. Ce n’est pas facile, surtout si vous l’habitez depuis de nombreuses années. Les réparations ou les rafraîchissements qui s’imposent au regard du futur acheteur font peut-être partie des meubles en ce qui vous concerne.

Soyez honnête envers vous-même. Avez-vous fait preuve de négligence au cours des années? Si oui, êtes-vous capable de mesurer l’impact sur le jugement de l’acheteur lorsqu’il se présentera à votre porte? Un détail en apparence insignifiant peut taper sur les nerfs de l’acheteur éventuel, vous obligeant à baisser votre prix devant son manque d’enthousiasme.

Peut-être ne parviendrez-vous qu’à moitié à observer votre maison d’un regard neuf, même si ce serait déjà beaucoup. L’autre moitié sera assurée par le courtier immobilier, si jamais vous avez dans l’idée de faire appel à ses services. Sa longue expérience vous aidera à repérer le ou les éléments qui risquent de rebuter l’acheteur.

Certains propriétaires préfèrent embaucher un inspecteur avant que l’acheteur ne se pointe avec le sien. Si vous optez pour un inspecteur, ou pour un membre de votre entourage qui s’y connaît en la matière, ne restez pas passif. Signalez-lui le moindre doute.

Il ne s’agit pas de tromper l’acheteur, au contraire. Il s’agit d’établir une relation de confiance avec lui dès le premier moment. Au bout du compte, tout le monde sort gagnant.

iStock
iStock

Posons en principe que des travaux de rénovation s’imposent. Êtes-vous prêt à les entreprendre, ou au contraire, baisserez-vous le prix? Si vous le baissez, ce sera de combien? Si vous optez pour les rénos, les ferez-vous vous-mêmes? Pouvez-vous procéder sans aggraver le problème? Et surtout sans tomber dans l’illégalité. La relation de confiance avec l’acheteur serait déjà compromise. Sinon, allez-vous contacter un entrepreneur? Ferez-vous tous les travaux ou juste une partie?

Si vous décidez de réaliser qu’un pourcentage des travaux, ceux choisis vous aideront-ils à garder le prix intact? Encore ici, le courtier peut vous guider. Dites-vous que ce professionnel de l’immobilier «en a vu des vertes et des pas mûres.»

Autre exercice recommandé avant d’accueillir l’inspecteur ou le courtier: faites le total des rénovations depuis que vous êtes propriétaire de la maison. Les mieux organisés d’entre vous ont conservé toutes les factures. C’est plus facile.

À lire :

Le bon moment pour vendre

Notez qu’à chaque semaine de nouveaux billets vous tiendront informés sur l’art de vendre une maison.

Photo : iStock.com

 

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone