iStockphoto

Rénover au lieu d’acheter

Criblés de dettes, incapables de suivre la courbe d’ascension du prix du logement au Canada, 48% de propriétaires canadiens ont décidé de procéder à des rénovations, comparativement à 37% l’an dernier.

Selon un sondage de la banque CIBC, les dépenses moyennes  en réno seront de 11 800$ (13 000$ en 2016), les moins élevées au cours des trois dernières années. Ces rénos touchent l’entretien de base : peinture, réfection des planchers, remplacement des électroménagers.

Autre donnée intéressante: 56 % des propriétaires qui visent des rénovations  ont mis un terme à leur premier projet qui était de vendre leur habitation pour en acheter une autre.

Voici d’autres données rapportées intégralement.

  • La principale raison de rénover est de lutter contre « la détérioration »; un tiers des répondants (32 %) déclarent « avoir des réparations à effectuer »; un autre quart (25 %) « souhaitent embellir leur foyer » alors que 12 %veulent augmenter la valeur de leur maison en vue de la vendre.
  • Parmi les principaux projets de rénovation figurent l’entretien de base (48 %), l’aménagement paysager (38 %) et la rénovation de la salle de bain (31 %).
  • Alors que 67 % se proposent de puiser dans leurs liquidités ou leur épargne pour financer leurs projets, 25 % couvriront les coûts au moyen d’un prêt, d’une marge de crédit ou d’une carte de crédit.
  • Les propriétaires qui s’apprêtent à se lancer dans des rénovations redoutent surtout un retard éventuel de leur projet, la perturbation de leur ménage et un dépassement de leur budget.
  • Alors que la majorité (86 %) sont d’avis que « les rénovations finissent par coûter plus cher que prévu » et que 31 % admettent avoir dépassé leur budget dans le cadre d’un projet antérieur, près des deux tiers (61 %) des répondants qui se proposent de rénover cette année n’ont pas établi un budget détaillé pour leur projet.
  • Au Québec, où l’on envisage pourtant de dépenser moins avec 8 400 $, jusqu’au tiers (32 %) des répondants prévoient que leur projet les endettera davantage.
  • Les baby-boomers qui se proposent de rénover sont moins nombreux (36 %) que les Canadiens plus jeunes, mais qu’ils dépenseront près de deux fois plus avec 16 800 $, la majeure partie de cette somme étant allouée aux réparations résidentielles (45 %) ou à l’aménagement paysager (34 %). Les membres de ce groupe avaient aussi plus tendance à se déclarer principalement motivés par le désir d’« augmenter la valeur de leur maison en vue de la vendre » pour entreprendre ce projet.

Photos: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page