iStock

La renaissance du papier peint

Au papier peint classique du temps de nos grands-mères s’ajoutent les imprimés spectaculaires des technologies de reproduction. Le papier peint du bon vieux temps a beaucoup, beaucoup de compétition. La fantaisie est au rendez-vous.

Choisir son papier peint est devenu un casse-tête agréable. Couleurs, textures et motifs abondent. Il n’y a plus de limites à l’imagination. Le papier peint n’est plus un simple accessoire décoratif, il est devenu un jeu visuel.

iStock
iStock

Les nouvelles technologies de reproduction des dernières années ont poussé les artistes à concevoir des motifs spectaculaires. Ils ont redonné au papier peint ses lettres de noblesse en créant des motifs uniques et hautement personnalisés. Aux fleurs de l’époque victorienne se sont ajoutés chiffres, alphabet, équations mathématiques, maisons, chats, legos, décimales, jeux de plage, télés et tout ce que vous pouvez imaginer.

Comble du bonheur, le papier peint d’aujourd’hui imite sans aucune gêne le bois, le tissu, la soie, la pierre, le cuir, le marbre, la texture de la peau humaine et autres matières. Le papier métallisé n’imite pas en soi le métal, mais il permet de créer des reflets de lumière.

Les amateurs de sensations fortes sont servis. Les motifs du papier peint version numérique nagent entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Entre les deux se retrouvent des dessins étranges, des ambiances fantastiques pour ne pas dire surnaturelles, une transposition sans retenue des merveilles de la nature sur les murs d’une maison, un design graphique éclaté. L’inspiration est riche.

Les tempéraments plus conservateurs optent pour des décors panoramiques, des scènes de romantisme, des décors Art nouveau ou Art déco ou tout simplement des surfaces unies.

iStock
iStock

Le papier peint offre un avantage immense: il s’insère dans tous les styles de décoration. Fifties, sixties, seventies, industriel, ethnique, shabby chic, contemporain, etc. N’ayez pas peur, lors de la période d’essai, d’opposer deux motifs à l’apparence trop différente. Vous risquez d’avoir des surprises agréables.

Pas fou du papier peint? Vous pouvez toujours vous rabattre sur une frise qui viendra enrichir votre décor. Les endroits sont multiples : au ras du plafond, à la mi-hauteur d’un mur, sur un tiroir, à la tête du lit, autour d’un miroir, sur une poutre apparente, en guise d’encadrement autour d’une porte ou d’une fenêtre, une bande sur le frigo ou au milieu d’une porte.

Place aux considérations pratiques. Ayez en mémoire que les rayures verticales poussent le plafond vers le haut et que les rayures horizontales poussent les murs plus loin. Ces deux motifs agrandissent l’espace à leur façon. Au fait, la rayure verticale peut être non conventionnelle. Ce peut être une pile de vases formant une colonne ou une rayure mouvante. Le choix ne manque pas.

iStock
iStock

Un rappel: les couleurs claires élargissent l’espace tandis que les couleurs sombres le rétrécissent. Autre aspect pratique du papier peint : il peut servir à mettre un mobilier ou un accessoire décoratif en valeur.

 

Photos : Istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *