iStockphoto

Hébergez-vous des voyageurs?

Le marché de la mise en location d’un logement entre particuliers serait en pleine expansion à Montréal, semble-t-il. Faites-vous partie du groupe? Si vous répondez par l’affirmative, attendez-vous à ce que les paliers gouvernementaux s’intéressent à vous sous peu.

La semaine dernière, le parti politique d’opposition Projet Montréal  appelait l’administration Coderre à encadrer le phénomène pour prévoir les dérapages.

iStockphoto
iStockphoto

«Les plateformes de location de logements entre particuliers peuvent comporter de nombreux avantages si elles sont bien encadrées. Elles favorisent notamment le tourisme et les retombées économiques dans les quartiers. Toutefois, le fait qu’elles ne soient pas encadrées actuellement est très problématique, car la Ville n’est pas en mesure de gérer les nuisances et de contrôler l’effritement du parc locatif», expliquait Guillaume Lavoie, conseiller de l’arrondissement Marie-Victorin, dans le communiqué de presse diffusé par le parti.

Selon Projet Montréal, 73 800 voyageurs auraient utilisé ce qu’on appelle une plateforme de location pour se loger auprès de 5 800 locateurs, l’an dernier à Montréal, ce qui se traduit par environ 1 % de l’achalandage touristique, le plus gros se faisant hors du centre-ville.

iStockphoto
iStockphoto

Projet Montréal voit les problèmes surgir: conflits entre voisins, répercussions sur le zonage et les permis, impact sur l’offre de logements à louer sur le territoire, sans compter la déclaration de revenus de location et la perception de taxes.

La croissance est telle à travers le monde que presque une centaine de villes ou entités ont déjà voté des règlements, souligne Projet Montréal. Le gouvernement Couillard et Tourisme Montréal ont déjà manifesté leur intention de surveiller davantage ce secteur en pleine expansion.

Curieux, j’ai poussé plus loin. J’ai découvert en naviguant sur le Web qu’il existe une «plateforme communautaire» de location et de réservation de logements de particuliers appelée Airbnb. Voici ce qu’en dit Wikipedia: «Airbnb permet à des particuliers de louer tout ou partie de leur propre habitation comme logement d’appoint. Le site offre une plateforme de recherche et de réservations entre la personne qui offre son logement et le vacancier qui souhaite le louer. Il couvre plus de 500 000 annonces en plus de 33 000 villes et 192 pays. De la création en novembre 2008 jusqu’en juin 2012, plus de 10 millions de nuits ont été réservées sur Airbnb

Mais attention! Si vous louez déjà une partie de votre logement, cela peut vous créer des ennuis juridiques. Wikipedia nous apprend que: «Le 13 février 2014, le tribunal de grande instance de Paris a condamné pour la première fois un locataire qui avait mis une de ses chambres en sous-location via le site internet. Le locataire a été condamné à payer 2 000 euros de dommages et intérêts à son propriétaire.»

C’est un dossier à suivre.

Référence:
Wikipedia français à l’article Airbnb

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone