Ralentissement net dans la construction

J’ai un frère qui travaille au sein d’une entreprise de fabrication de matériaux de construction. Il s’inquiète. Il sent que le marché de la construction est morose. Il en voit les conséquences tous les jours dans les usines.

Abattre Mur Construction ISTOCKPHOTO renovation
iStock.com

Les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) ne sont pas de nature à le rassurer.

Selon l’édition du quatrième trimestre 2015 des Perspectives du marché de l’habitation, Canada de la SCHL, les chantiers tourneront au ralenti l’an prochain et en 2017 au Canada.

Économiste en chef à la SCHL, Bob Dugan explique :«En 2015, la hausse de l’activité sur les marchés de l’habitation des provinces comme l’Ontario et la Colombie-Britannique – qui ont profité de la baisse des prix de l’énergie, de la dépréciation du dollar canadien et du niveau encore faible des taux hypothécaires – a compensé le ralentissement observé sur les marchés des provinces productrices de pétrole comme l’Alberta, a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. Nous nous attendons toutefois à ce que cet effet compensatoire diminue au fil du temps. Ainsi, le nombre de mises en chantier d’habitations et celui de ventes MLS® devraient se modérer en 2016 et en 2017. »

Autre cause de ce ralentissement: la gestion des stocks de logements collectifs dont la durée des travaux de construction est plus longue que pour les maisons individuelles.

De plus, le volume de stocks de logements achevés et invendus est élevé, rappelle la SCHL, la demande ne réussit pas à soulager l’offre. Les constructeurs doivent attendre que l’inventaire s’écoule avant d’ouvrir trop de mises en chantier.

Par conséquent, les prix ne s’envoleront pas. Donc, avantage aux acheteurs. «Les ventes MLS® seront davantage concentrées dans les catégories de prix plus modestes», soutient la SCHL.

En termes précis, la SCHL indique que le nombre de mises en chantier d’habitations va osciller :

  • entre 162 000 et 212 000 en 2015,
  • entre 153 000 et 203 000 en 2016 et
  • entre 149 000 et 199 000 en 2017.

Les prévisions ponctuelles l’établissent à:

  • 186 900 cette année,
  • à 178 150 l’an prochain et
  • à 173 650 en 2017.

Le nombre de ventes MLS® se balancera:

  • entre 444 000 et 546 000 en 2015,
  • entre 425 000 et 534 000 en 2016 et
  • entre 416 000 et 536 000 en 2017.

Les prévisions ponctuelles l’établissent à:

  • 494 700 cette année,
  • à 479 500 l’an prochain et
  • à 476 000 en 2017.

Les analystes de la SCHL prévoient un prix MLS® moyen :

  • entre 417 000 et 459 000 $ en 2015,
  • entre 420 000 et 466 000 $ en 2016 et
  • entre 424 000 et 475 000$ en 2017.

Les projections ponctuelles s’élèvent respectivement à 437 700 $, à 443 300 $ et à 449 600 $.

Selon les prévisions ponctuelles, le prix MLS® moyen augmentera :

  • de 7,2 % en 2015,
  • de 1,3 % en 2016 et
  • de 1,4 % en 2017.

Les Perspectives du marché de l’habitation et les autres rapports standards d’analyse de marché  peuvent être téléchargés gratuitement à partir du www.schl.ca/marchedelhabitation.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone