Le ralentissement du marché se confirme

Maison Marché Flèche ISTOCKPHOTO finance
iStockphoto

Les performances du marché de l’emploi étant discrètes et l’accélération de la croissance de l’économie se faisant toujours attendre, les Québécois se retrouvent avec un pouvoir d’achat plutôt limité, ce qui se traduit actuellement par une baisse de la demande sur le marché de l’immobilier, autant dans le neuf que dans l’existant.

Le marché de la revente bat de l’aile (on prévoit une diminution de 5,5%) et les mises en chantier d’habitations diminuent. Les analystes de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) prévoient, une fois l’année 2013 terminée, une diminution de 17,2% dans le secteur des mises en chantier de maisons individuelles. Du côté des logements collectifs, la baisse est encore plus vertigineuse: 24,3%.  

Par contre, les analystes de la SCHL annoncent des jours meilleurs en 2014, notamment une progression de 2,6% du côté du marché de la revente. Le ralentissement de la croissance des prix stimulera la demande également. «Le prix Centris® moyen atteindra 268 000 $ cette année et avoisinera 270 000 $ en 2014», estime la SCHL.

Le nombre de mises en chantier de maisons individuelles et de logements collectifs devrait rester en équilibre. «La maison individuelle devrait cesser de perdre des parts de marché pendant que le segment de la copropriété continuera sa phase d’écoulement», expliquent les analystes de la SCHL.

À l’échelle nationale, aucun changement majeur n’est prévu en 2014 en ce qui a trait au nombre total de mises en chantier d’habitations. La stabilité caractérisera le marché.

«Sur le marché du neuf,  lit-on dans le communiqué de presse, les constructeurs devraient cependant ralentir leur cadence de production, en attendant que les stocks de logements non écoulés, achevés et en construction diminuent. Sur le marché de la revente, les acheteurs ont été portés à devancer leur achat d’une propriété résidentielle et à utiliser un prêt hypothécaire pré-autorisé en raison de la récente hausse modérée qu’ont subie les taux hypothécaires. On s’attend à ce que les ventes de logements existants augmentent à un rythme modeste en 2014, avec l’amélioration de la conjoncture.»

Référence:
Conférence annuelle sur les perspectives du marché de l’habitation de la SCHL

Photo : iStockphoto LP.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone