Que de maisons achetées, que de maisons vendues!

Les taux d’intérêt sont bas, les prix des maisons restent décents et les Canadiens s’en donnent à cœur joie!

On vend on achète, on vend on achète, on vend on achète! Si bien qu’un nombre de 42 483 maisons ont changé de main au mois d’août, selon le système MLS(R) des chambres immobilières canadiennes. Cela équivaut à une hausse de 18,5%  comparativement à août 2008, et de plus de 15%  pour un troisième mois d’affilée sur une période de douze mois.

Après désaisonnalisation, le chiffre d’affaires de toutes les ventes résidentielles MLS(R) survenues au mois d’août a battu tous les records, en augmentant de 1,5% comparativement au mois de juillet pour atteindre le chiffre de 14 milliards $.

C’est en Colombie-Britannique que le vent souffle le plus fort. À Vancouver, on ne sait plus où donner de la tête! En août, la hausse du nombre de reventes a atteint 117%, suivi de Toronto à 27%, Calgary à 17%  et Montréal à 9%. En fait, l’ensemble des ventes résidentielles dans les 25 marchés principaux du pays a augmenté de plus de 20% pour un troisième d’affilée, par rapport à l’année précédente.

Le marché des maisons de luxe joue encore le rôle de locomotive. Depuis l’an dernier, le prix moyen résidentiel MLS(R) sur ce marché a progressé de 11,3% pour s’établir à 324 779 $. C’est le prix moyen national le plus élevé pour un mois d’août.

Le nombre de nouveaux mandats (maison à vendre) a baissé pour un huitième mois d’affilée par rapport à l’année précédente. Conséquence : l’inventaire de maisons sur le marché descend doucement. À la fin d’août, 212 227 maisons étaient inscrites à vendre aux systèmes MLS(R) soit une baisse de 13,3%  comparativement à l’année précédente. Au pays, on comptait cinq mois d’inventaire en août, par rapport à 4,4 mois en juillet.

« Le nombre de mois en inventaire équivaut à l’inventaire de mandats en vigueur à la fin du mois, divisé par le nombre de ventes conclues durant le mois, écrit-on dans le communiqué de presse. Il désigne le nombre de mois qu’il faudrait compter pour vendre l’inventaire actuel au taux de ventes actuel. »

Tout ça pour dire que ça va bien, très bien même sur le marché de la revente.

« Les ventes enregistrées à l’échelle nationale au cours du troisième trimestre portent à croire que le marché atteindra une hausse importante comparativement au deuxième trimestre », affirme le président, Dale Ripplinger. « Les taux d’intérêt favorables et le prix abordable des maisons continuent à attirer les acheteurs au marché de l’habitation. La confiance des consommateurs continue de s’améliorer, et cela augure bien pour l’activité au cours des prochains mois ».

(Source : L’Association canadienne de l’immeuble)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone