Pyrrhotite: victoire des propriétaires

La nouvelle est passée sous le radar durant la belle saison. Les centaines de propriétaires (et d’autres centaines à venir) dont la valeur de leurs résidences à Trois-Rivières a chuté dramatiquement à cause du fléau de la pyrrhotite ont maintenant le cœur léger.

Pyrrhotite. Wikipedia CC Attribution Share Alike Didier Descouens
Pyrrhotite. Wikipedia Didier Descouens

Au bout d’une année de procès, le juge Michel Richard de la Cour Supérieure a déclaré le 12 juin dernier que  «la cause exclusive des dommages (dans le béton) résulte de l’oxydation de la pyrrhotite dans le granulat», rapporte la journaliste Brigitte Trahan du quotidien Le Nouvelliste.

Selon le juge, les propriétaires ont le droit de réclamer la reconstruction complète des solages ou des dalles de béton. Les assureurs, eux, ont été un brin écorchés.

La journaliste Brigitte Trahan rappelle que «quelque 1700 victimes de la pyrrhotite sont connues à ce jour du côté résidentiel dans la région. Quelque 4000 victimes devraient se manifester au total avec le temps.»

Le jugement de cet été ne touche que 850 victimes pour le moment. Il ne s’agissait pas d’un recours collectif.

Le jugement Richard peut être lu sur le site de Lambert Therrien avocats.  Sinon, pour en savoir davantage, lire l’article de Mme Trahan.

Selon un deuxième article de Mme Trahan, le juge Richard a fixé à 70% le taux de responsabilité de SNC Lavalin et de son ingénieur géologue Alain Blanchette, à 25% celui des entreprises de béton mises en cause et à 5 % celui des 56 entrepreneurs impliqués et aux coffreurs qui ont fabriqué les ouvrages de béton.

Tout ce beau monde devra payer 158 millions $ pour les dommages des propriétaires résidentiels et 38 millions $ du côté des propriétaires de commerce. Le procès a mobilisé plus de 70 procureurs. Lire l’article de Mme Trahan du 12 juin 2014 et du 27 juin pour d’autres statistiques et la réaction des parties impliquées.

Un nuage dans le ciel par contre: SNC Lavalin ira en appel lit-on dans l’Echo de Trois-rivières du 10 juillet.

Ce fléau de la présence de pyrrhotite dans le béton est devenu une catastrophe dans la région de Trois-Rivières. De nouvelles victimes s’ajoutent chaque année. Dès le début, une coalition s’est formée pour prendre le dossier en main : la Coalition proprio-béton, devenue la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP).

L’organisme a multiplié les appels à l’aide. Le gouvernement du Québec, l’Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec, la Société d’habitation du Québec, la ville de Trois-Rivières et autres organismes ont répondu.

Le propriétaire soupçonnant sa maison d’être atteinte de pyrrhotite adresse une demande à l’Hôtel de Ville de Trois-Rivières qui confie le dossier à un technicien-inspecteur. Celui-ci guide le propriétaire jusqu’au règlement final.

Les travaux admissibles, lit-on sur le site de la ville, sont ceux visant à remplacer les fondations du bâtiment, incluant les éléments donnant l’accès au bâtiment s’ils sont intégrés aux fondations, et, le cas échéant, les travaux visant à reconstruire le parement extérieur, et à remettre en état les pièces situées au sous-sol.

Les travaux d’aménagement paysager, de recouvrement de la chaussée ou des allées (exemples : pavé, asphaltage), de remise en état ou de remplacement des galeries en bois ou d’accessoires de jardin (exemples : piscine, spa, cabanon) ne sont pas admissibles au programme.

Des édifices aussi importants que le palais de justice de Trois-Rivières, deux pavillons de l’université locale et L’École nationale de police de Nicolet «souffrent» de pyrrhotite, y compris des ouvrages du ministère des Transports du Québec.

Selon CAA Québec, «en raison de ses propriétés particulières (il s’oxyde au contact de l’air et de l’humidité, et il dégage de l’acide sulfurique qui attaque la pâte de ciment), la pyrrhotite ne doit en aucun cas et pour des raisons évidentes se retrouver dans l’agrégat que l’on utilise dans la composition du béton.»

Pour en savoir davantage:

Le site de la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP)

Le site de la Ville de Trois-Rivières aux onglets Pyrrhotite et Service aux citoyens/Foire aux questions

Photo : Wikipedia CC Attribution-Share Alike Didier Descouens

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone