Des propriétaires jouent avec le feu

iStock
iStock

La très sérieuse institution financière Manuvie a tenu un sondage qui révèle un tas de choses intéressantes sur les baby boomers, la génération X et la génération Y.

Voici les faits saillants rapportés presque textuellement.

  • Près de la moitié des propriétaires de maison canadiens n’ont pas suffisamment d’épargne pour pouvoir faire face à une urgence financière.
  • Quatre propriétaires sur dix ont de la difficulté à gérer les dépenses générales associées à leur maison.
  • Le quart des personnes interrogées disposent d’un fonds d’urgence de 1 000 $ ou moins, un autre quart ignorant la somme précise mise de côté.

mâle (male), femme (female), mondiale (world), charte (chart). iStock.com
mâle (male), femme (female), mondiale (world), charte (chart). iStock.com

Au nombre des propriétaires qui ont un prêt hypothécaire, 38 % indiquent avoir de la difficulté à payer les mensualités hypothécaires, les services publics et les dépenses d’entretien.

  • En moyenne, les propriétaires canadiens qui ont un prêt hypothécaire en chiffrent le solde à 174 000 $, et plus du quart de leur revenu net est affecté à leurs versements hypothécaires. Toutefois, près de trois propriétaires sur dix consacrent plus de 30 % de leur revenu net à leurs versements hypothécaires.

Le tiers des titulaires de prêt hypothécaire disent qu’ils pourraient composer avec une augmentation de leur versement hypothécaire d’au plus 10 % sans souffrir financièrement, et environ 40 % qu’ils pourraient absorber une augmentation de 20 % ou plus. Cependant, un répondant sur six éprouverait des difficultés financières si ses versements hypothécaires augmentaient.

  • Il faudrait moins que trois mois pour que plus du tiers des titulaires de prêts hypothécaires trouvent difficile d’effectuer leurs versements hypothécaires réguliers si le principal soutien de famille perdait son emploi.
  • Plus de quatre propriétaires sur dix indiquent profiter des taux d’intérêt avantageux pour rembourser leur prêt plus rapidement alors qu’à peine un sur dix juge que la faiblesse des taux d’intérêt diminue l’importance de rembourser la dette.
  • Les propriétaires de la génération Y (20 à 34 ans) indiquent disposer d’un fonds d’urgence d’à peine 3 500 $ en moyenne, soit le plus bas montant parmi les répondants.
  • La génération Y était plus portée à dire que les taux d’intérêt hypothécaires actuels sont trop élevés, soit 36 % par rapport à tout juste 11 % pour les baby-boomers.
  • Les répondants de la génération Y admettent mieux d’avoir un solde sur leur carte de crédit. Presque le tiers d’entre eux ne voient pas pourquoi un solde de carte de crédit constitue un « gros problème ». En revanche, à peine 24 % des répondants de la génération X et 21 % des baby-boomers sont du même avis.
  • Près de la moitié des répondants de la génération Y et de la génération X (35 à 51 ans) se servent des faibles taux d’intérêt pour rembourser leur prêt plus rapidement, alors que le tiers à peine des boomers (le groupe des 52 à 69 ans) le font.
  • 17 % des répondants de la génération Y n’avaient pas de prêt hypothécaire. Ce pourcentage passe à 24 % chez les répondants de la génération X et à 57 % chez les baby-boomers.
  • Environ un répondant de la génération X sur trois s’est dit confiant de pouvoir conserver son style de vie à la retraite, par rapport à 41 % pour la génération Y et à 45 % pour celle du baby-boom. L’incapacité d’épargner en vue de la retraite s’est avérée la principale source de stress pour les répondants de la génération X (41 %), suivie de près par le manque de temps en général (40 %).

D’autres données du sondage sont disponibles, ce à quoi s’ajoutent des commentaires intéressants des experts financiers de Manuvie.

Photos: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *