Propriétaires et locataires tombent d’accord

La Régie du logement fait des mécontents. Après leRegroupement des comités logement et associations de locataires du Québec(RCLALQ) qui se plaignait de la lenteur des démarches devant le tribunal, c’estau tour de l’Association des propriétaires du Québec (APQ) de sermonner laRégie.

« La Régie du logement est un tribunal d’accès. Elledevrait pouvoir entendre les dossiers plus rapidement. L’APQ demande que laRégie ait plus de régisseurs afin de traiter le volume de dossiers plusrapidement et la réforme de la loi afin que les auditions ne soient pasrequises dans les cas de non-paiement de loyer où le locataire ne présente pasde défense, » déclare Martin Messier, président de l’APQ.

Il ajoute : « L’ironie veut que tant leslocataires que les propriétaires soient d’accords sur le fait que la Régie aitbesoin de plus de régisseurs, mais que les ressources se font toujoursattendre. »

Le RCLALQ s’était permis d’affubler la Régie du logement duqualificatif « La Régie du lentement ». L’organisme de défense desdroits des locataires avait affirmé que le délai d’attente dépassait souvent ladurée d’un bail, comparativement à 2003 où toutes les causes étaient entenduesen moins de trois mois.  

De son côté, l’APQ fait remarquer que le délai d’audiencechez certains propriétaires dure depuis plus d’une année. Il va jusqu’à direque ce sont les propriétaires qui sont les plus affectés, et non leslocataires.

« Dans certains cas, les causes pour l’éviction d’unlocataire qui dérange les autres sont entendues alors que l’immeuble s’est vidé,justement en raison du bruit! » explique Martin Messier.  

Pour en savoir davantage sur l’APQ, on visite le site www.apq.org.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone