Pleins feux sur le foyer mural

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Rien ne me plaît davantage, par une soirée froide d’hiver, que de m’installer devant le foyer au sous-sol avec un bon livre. Et un petit verre de porto. Admirer les flammes me comble de paix.

Mon amie Élizabeth partage ce plaisir simple avec moi. S’étant acheté une maison il y a quelques années, elle a préféré un foyer au gaz plutôt qu’au bois comme le mien.  Une bombonne de gaz située à l’extérieur de la maison  alimente le foyer. L’installation est  moins onéreuse car il n’est pas nécessaire de recourir à une cheminée lorsque le foyer est adossé à un mur extérieur. Le conduit d’évacuation traverse alors  directement le mur.  Et le plaisir de voir danser le feu est au rendez-vous.

En prime, Elizabeth n’a pas à corder le bois, à le transporter à l’intérieur ni à ramasser  les copeaux et saletés qui peuvent tomber des bûches. Pour ma part, j’aime bien entretenir le feu, malgré les petits inconvénients que je viens de décrire, mais tous les goûts sont dans la nature.

Pour une personne vivant en logement ou désirant, comme moi, prolonger le plaisir jusqu’à la chambre, le foyer électrique est tout indiqué. Sur le plan de l’esthétique, il n’a rien à envier à ses congénères au gaz ou au bois. Il y en a de toutes les formes et de toutes les tailles. J’apprécie particulièrement ceux de forme allongée, comme un long rectangle qui s’étire le long du mur. C’est vraiment moderne tout en restant chaleureux.

Vous pouvez l’installer au-dessus d’un bahut, à la salle à manger, ou encore au-dessus d’un bureau dans la chambre à coucher. Un peu comme on le fait avec les télés à écran plat qu’on fixe au mur. Il y a aussi des foyers électriques qui s’installent en coin ou, de façon traditionnelle, avec un manteau de cheminée.

Le foyer électrique ne nécessitant pas de cheminée, ça simplifie pas mal l’installation et l’investissement financier est plus léger. Dans un appartement, c’est tout indiqué, et vous pourrez le déménager avec vous. Il n’y a pas de raison pour s’en priver plus longtemps et, ainsi, faire un pied de nez aux soirées glaciales.

photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone