Peuple et critiques l’admirent !

À première vue, on dirait un bateau futuriste. Puis, la porte d’entrée nous saute aux yeux.  Oups ! Sommes-nous en face d’un immeuble? Mon Dieu, avez-vous vu l’araignée géante à l’avant-plan? Mais où sommes-nous!

Nous sommes à Bilbao en Espagne. Et vous êtes en face d’un musée Guggenheim. Est-il nécessaire d’ajouter que le musée se consacre à l’art contemporain? Tout comme les quatre autres musées de la fondation Solomon Guggenheim, le plus connu d’entre tous se trouvant à New York.

Les plus conservateurs d’entre vous diront en voyant la photo: « C’est juste de la tôle tordue». Ceux et celles qui ne jurent que par l’innovation s’exclameront: « Ça c’est de la création, de la vraie! » Et ils ajouteront : « On sait bien, parce que c’est de l’art contemporain, le commun des mortels lève le nez dessus.»

Et bien, détrompez-vous ! Un million de touristes franchissent la porte du musée chaque année. L’aspect du bâtiment attire autant, sinon plus, les touristes que les œuvres situées à l’intérieur. On parle d’un succès populaire. Le musée Guggenheim de Bilbao est l’un des bâtiments contemporains les plus admirés au monde, autant par les critiques d’architecture que par monsieur et madame tout l’monde.

On dit qu’à l’intérieur, un immense atrium nous permet d’admirer les splendeurs du pays basque. Et ne nous attendons pas à des galeries d’art aux formes classiques! Ce doit être complètement fou à l’intérieur! La plus grande des galeries mesure 30 par 130 mètres.

Photo MykReeve (Wikipedia)

Le succès populaire du musée fait le bonheur des Basques. Le gouvernement nationaliste recherchait désespérément un moyen de sortir la ville de Bilbao du marasme économique dans les années 90. On voulait un traitement choc. Les Basques n’ont pas raté leur coup.

L’impact du musée sur la ville est si grand que, selon Wikipédia, les chercheurs utilisent l’expression « Effet Guggenheim » pour désigner l’effet positif de la construction d’un immeuble sur l’économie locale.

L’utilisation à outrance de la courbe n’est évidemment pas étrangère au succès du musée. Les matériaux utilisés sont le titane, le verre, la pierre et l’eau. D’ailleurs, nous n’avions pas tout à fait tort en faisant allusion à un bateau futuriste puisque l’immeuble est situé au  bord d’une rivière.

Concepteur du musée, l’architecte Frank Gehry a été l’un des premiers à avoir fait appel à la conception assistée par ordinateur. Sans l’informatique, le bâtiment tel qu’on le voit aujourd’hui n’aurait peut-être jamais vu le jour.

(Avec l’aide de Wikipédia)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone