Peinture: on appelle un expert?

Source : iStockPhoto

Le printemps hâtif donne envie de rafraîchir notre décor. Cette année, la question n’est pas de choisir la bonne couleur, mais de savoir si, oui ou non, on fait faire les travaux par un entrepreneur[1] membre de l’Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec (APCHQ).

Lorsqu’on manque de temps, de talent et qu’on a l’argent, pourquoi pas? De plus, l’APCHQ garantit des travaux sans bavures. Il faut toutefois savoir qu’il ne suffit pas de faire un appel pour que le peintre arrive le lendemain et que, le surlendemain, vous déjeuniez dans un nouveau décor.

Vous devez enlever les rideaux, les objets décoratifs et autres menus objets. Pas la peine de déplacer les meubles, sauf si le plancher doit être peint, car l’entrepreneur le fera lui-même. Ils seront couverts pour être protégés.

L’expert s’occupera de préparer la surface à peindre. Il aura peut-être à plâtrer des trous. Petit conseil : s’il vous dit qu’un léger ponçage est nécessaire et qu’il dépoussiéra les murs, demandez si les autres pièces seront aussi nettoyées. Ou à tout le moins protégées de la poussière. Se retrouver avec une fine pellicule de poussière partout n’a rien d’agréable. À moins de payer pour faire faire le ménage.

Vous n’avez pas à poser le ruban protecteur autour des plaques murales ou des cadrages. L’entrepreneur peut s’en charger. Sans oublier le fait que les experts travaillent avec des outils facilitant leur tâche. Les plafonds deviennent un jeu d’enfant pour eux. Juste à penser à le faire moi-même et mes vertèbres cervicales craquent. Les experts peuvent aussi peindre au fusil.

Les vrais experts pourront aussi vous conseiller dans le choix du fini de votre peinture selon la pièce à peindre. Nos sources révèlent que trois gallons de peinture suffisent pour peindre à deux reprises une pièce d’une centaine de pieds carrés : plafond, murs, boiseries.

Un dernier avantage et non le moindre avec des experts, c’est que vous n’aurez plus à garder le matériel nécessaire à la peinture d’une pièce : rouleaux, pinceaux, toile de protection, vêtements usagés pour peindre, etc.

Soyez à l’aise de demander des références à l’entrepreneur. Ou si vous en connaissez un bon, passez le mot. Le bouche à oreille reste la meilleure publicité et ce, même avec internet.

Source : Expérience et connaissance personnelles et avec l’aide du Cahier spécial sur l’habitation de l’Hebdo Journal du 20 avril 2011 qui cite la bannière Réno-Maître de l’APCHQ.

[1] Le choix du masculin vise à alléger le texte.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone