Place à la rénovation du sous-sol!

C’est fou tout ce qu’on peut faire avec un sous-sol! Assurément la pièce la plus multidisciplinaire de la maison. Peut-être la pièce la plus facile à aménager car, souvent, l’esthétique et d’autres restrictions deviennent secondaires. On demande à un sous-sol d’être pratique, récréatif, ludique, décontracté, anarchique parfois. La salle cinéma maison et l’aire de jeux pour les enfants y trouvent refuge. L’aménagement d’un sous-sol se prête bien aux esprits créatifs.

Par contre, d’autres voient le sous-sol comme une simple réplique de l’étage supérieur, souvent pour des raisons pratiques. Surgissent alors salle de bain, salle de lavage, bureau de travail, cuisine.   

Si vous êtes subitement devenu un fan du sous-sol ou que vous envisagez de le rénover par besoin d’espace, ne vous laissez pas entraîner par l’enthousiasme sans avoir au préalable jeté un coup d’œil à la qualité des fondations. Sinon, vos travaux de rénovation risquent de vous apporter un tas de désagréments au fil des années. Recommencement des travaux, facture à la hausse et, le pire de tous, des problèmes de santé dans votre famille.    

Au départ, il faut s’assurer d’avoir des murs parfaitement isolés afin de réduire au minimum des pertes de chaleur. S’il y a la moindre trace d’humidité, de moisissure et de fuite d’air sur les parois ou sur le plancher, danger! Cela veut dire que vos fondations sont perméables.

Le confort du sous-sol passe par la chaleur, comme toutes les autres pièces de la maison. Faut donc le garder sec! Un système de chauffage et de ventilation adéquats se révéleront utiles. La construction d’un sous-plancher sur la dalle de béton est incontournable pour couper le froid et l’humidité. Toujours garder à l’esprit qu’un sous-sol bien isolé permet de réduire la facture d’énergie au-delà de 30%.      

Une fois ces mesures élémentaires observées, il faut planifier les travaux envisagés afin de respecter le budget. On peut réaliser une grosse partie des travaux soi-même, mais cela exigera un effort de longue durée. On parle en termes de mois, et non de semaines. Vous économiserez beaucoup d’argent, mais vous devrez couper dans vos sorties. Allez-y selon votre tempérament.    

En dernier lieu, la Société canadienne d’hypothèque et de logement du Canada porte à votre attention les mesures de sécurité de base: confier à un électricien les travaux de câblage et d’électricité, aménager une sortie d’urgence, privilégier les matériaux peu polluants et installer un détecteur d’incendie. Infos :  www.schl.ca.

Pour ceux et celles qui se préoccupent de l’impact de la rénovation d’un sous-sol sur l’environnement, une entreprise prône l’installation de panneaux de fibre de verre au lieu de placoplâtre comme matière isolante. http://franchising.owenscorning.com/bfs/

Finalement, Rona.ca offre un Guide de planification portant sur la finition d’un sous-sol.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Des propriétaires prudents et consciencieux

 

L’univers de l’hypothèque est sain au Canada. C’est ce que révèle l’enquête annuelle, édition 2009, de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), basée sur un sondage réalisé auprès de 2500 acheteurs récents, fin printemps, de Vancouver à Halifax.  

Une proportion de 86% croit que la facture totale, hypothèque et autres frais, ne doit pas gruger plus que 40% du budget. Cette donnée rassure la SCHL, surtout quand on sait que la récession actuelle a été causée par un effondrement de l’immobilier aux Etats-Unis, des propriétaires ayant consacré une part beaucoup trop importante de leur budget à l’achat d’une résidence, et souvent à l’instigation des banques.

Remarquez que ce n’est pas une nouveauté. La SCHL soutient que les enquêtes précédentes, qui remontent jusqu’en 1999, ont maintes fois montré que les Canadiens se font prudents quand vient le moment de contracter une hypothèque.

Autre donnée rassurante : 75% des acheteurs récents veulent rembourser leur prêt avant la fin de la période de remboursement initiale. Mieux : 20 % d’entre eux ont déjà fait un remboursement anticipé.

Une proportion de 80% des nouveaux propriétaires considère comme un atout le programme Assurance prêt hypothécaire offerte par la SCHL pour une plus grande tranquillité d’esprit. Enfin, 77 % des emprunteurs hypothécaires récents se montrent satisfaits du service dispensé par leur prêteur ou leur courtier.

Non seulement les nouveaux propriétaires canadiens se montrent conscients des conditions qu’entraîne un emprunt hypothécaire, mais ils encouragent les futurs propriétaires à passer aux actes car ils estiment, dans une proportion de 90%, qu’une propriété représente un placement sûr pour de nombreuses années. Et 70% d’entre eux croient que c’est le moment ou jamais d’acheter. 

Je cite et je citerai souvent la SCHL car l’organisme, qui relève du gouvernement fédéral, est sans contredit la référence au pays en matière d’hypothèque et de logement. Tout futur propriétaire devrait consulter le site internet de l’organisme ou appeler au 1-800-668-2642 pour avoir une idée de tous les programmes d’aide offerts par la SCHL. 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

165 résidences font le tour du monde sur la mer!

Ce n’est ni pour moi, ni pour vous. Et consolez-vous, ce n’est pas pour la plupart d’entre nous! Mais le projet est fascinant!
Unpaquebot fait le tour du monde depuis sept ans! En fait, comme il metentre deux et trois ans à effectuer le tour de la  planète, il a déjàfait deux tours du monde, minimum! On l’appelle The World!
Contrairementà ce qu’on pourrait penser, il ne passe pas tout son temps en mer. Ils’attarde dans les ports des différents continents les deux tiers del’année. Ce qui donne amplement le temps aux passagers d’explorervilles et régions. En passant, ces passagers ont leur mot à dire quantaux choix de l’itinéraire. Qui sont ces passagers? Des gens très biennantis financièrement, cela va de soi, car ils sont tous propriétairesd’un logement à bord du paquebot. En d’autres termes, ces passagersvivent sur le navire à longueur d’année, du moins plusieurs mois. TheWorld est leur résidence permanente. On ne parle pas de vacances ici,mais d’un mode de vie!
Comme ils ont acheté l’appartement, ils l’ontaménagé suivant leur goût: décoration, meubles, rideaux. S’ils selassent du monde, ils revendent l’appartement, ou le louent, ouretournent vivre sur la terre en laissant l’appartement vacant au casoù l’envie de courir le monde reviendrait.
The World renferme 165appartements et studios pouvant abriter environ 600 passagers. Quatrerestos, trois bars, spas, gymnases, piscine. Vous pouvez même améliorervotre élan au golf à bord du World.
Pensez-y deux minutes! Vousêtes confortablement installé CHEZ VOUS à feuilleter un magazine enattendant de débarquer à St-Petersbourg, à Buenos Aires, à Sydney, àHong Kong. Vous dormez jusqu’à midi le temps que le paquebot quitte leseaux de l’Arctique.
Pas de pont Champlain à traverser, pas de files d’attente dans lessalles d’urgence car on parie qu’au moindre malaise un médecin vaaccourir. Du cocooning à son meilleur! 
Et puis, quel beau cadeau à offrir à ses amis, à ses parents, à sesenfants. Genre de cadeau d’anniversaire qu’on n’oublie pas de sitôt.
En tout cas, c’est le genre d’expérience qu’aurait aimé vivre AgathaChristie. Un décor parfait pour planter l’un de ses romans policiers.
Personnellement,je ne raffole pas des chiffres: coût d’achat, frais d’entretien, etc.Mais si vous voulez en avoir une idée, consultez la chronique voyaged’André Désiront sur Cyberpresse, l’article qui nous a mis la puce àl’oreille, ou rabattez-vous sur le site www.aboardtheworld.com
Moi, je vais m’abstenir. Le luxe m’effraie!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Récupérer l’eau de pluie: des experts vont à votre rencontre!

Jene le savais pas, je vous le jure! La semaine dernière, je vous aiparlé des avantages de récupérer l’eau de pluie dans mon dernierbillet. Qu’est-ce que j’apprends en consultant le fil de presse cettesemaine? Que le 1er août est la journée thématique de récupérationde l’eau de pluie! Quel pif que j’ai!

Etdans le même communiqué de presse, j’apprends que des experts enmatière d’environnement vont faire une tournée dans la granderégion de Montréal pour expliquer aux gens en quoi consiste larécupération des eaux de pluie. Chanceux et chanceuses que vousêtes!

Donc,ces jours-ci, la Patrouille verte encollaboration avec les écoquartiers fera le tour des arrondissementsde Montréal.

Sivous êtes présents au rendez-vous, on vous parlera des gouttières

équipéesd’un dispositif qui canalise l’eau de pluie vers votre gazon.Conséquence: le sol est mieux hydraté et la végétation se feradavantage résistante si jamais une sécheresse survenait. Il resteencore deux mois à l’été quand même!

Aussi,comme le sol de Montréal est plutôt argileux, une caractéristiquequi nuit aux fondations des maisons, la terre n’est jamais assezhumide. Plus elle absorbe de l’eau, plus les fondations resterontsolides.

«Unsimple geste comme emmagasiner l’eau de pluie dans des collecteurspermet de constituer une réserve d’eau non chlorée, idéale pourarroser les jardins et autres aménagements paysagers, plutôt que dedevoir recourir à de l’eau potable, écrit-on dans le communiqué depresse. Aussi, si votre terrain le permet, vous pouvez aménager unjardin de

pluie,et laisser la nature faire son oeuvre. De nombreuses variétés de

plantesaquatiques sont offertes sur le marché pour ajouter de l’originalitéà vos jardins.»

Deplus, si vous vous présentez aux dates convenues, vous aurez lapossibilité de commander des collecteurs d’eau de pluie à prix

réduit.C’est le temps ou jamais de vous initier! La préservation del’environnement ne se limite pas au compostage et à la lutte au sacde plastique!

Pourobtenir la date de la visite de la Patrouille verte dans votrequartier, vous tapez Patrouille verte eau de pluie arrondissement ouvous vous dirigez vers le Portail de Montréal.

Ne tardez pas! La tournée se déroule actuellement.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

La récession lève les pattes!

 

Si c’est la Banque du Canada qui le dit, c’est parce que c’est vrai. La reprise économique vient de s’enclencher! La récession prend son trou!

Les analystes jouaient au prophète de part et d’autres depuis des semaines. Les titres se multipliaient dans les journaux : « Les Canadiens retrouvent le chemin des magasins », « La relance du bâtiment paraît enclenchée »,  « Regain d’optimiste chez Canada Inc », « La récession sera de courte durée » et j’en passe!

Mais il manquait le jugement définitif, celui de la Banque du Canada. Et il est tombé cette semaine : nous surfons sur une vague économique qui se gonfle petit à petit. La croissance sera de 1,3% d’ici fin septembre, et peut-être de 3% à l’automne.

Rappelez-vous nos billets précédents : les études de CIBC, Scotia Bank, Mouvement Desjardins, BMO Banque de Montréal, mais surtout le prestigieux Conference Board qui avait frappé dans le mille en annonçant la reprise dès ce mois-ci. Et le sondage de la maison Harris Decima qui nous apprenait que la plupart des Canadiens croyaient dur comme fer que le pire était derrière eux, conclusion renforcée par le sondage de la maison Angus Reid de juillet.

Plusieurs experts mondiaux le prédisaient : le Canada allait être le premier pays de l’Occident à sortir  de la récession. 

Du côté de l’immobilier, nous avons hâte de voir comment le scénario de la reprise va se dessiner. On sait déjà que la baisse des prix dans la grande région de Montréal a été minime ces derniers mois et que le volume des transactions maintenait le cap! Puis, dans l’un de nos billets précédents, un sondage de Genworth Financial Canada révélait que 84% des futurs acheteurs de maison déclaraient qu’acquérir une maison était plus qu’un investissement, c’était aussi la jouissance de posséder son chez soi.

Toujours dans le même billet, House Master, premier franchiseur dans le domaine de l’inspection en bâtiment en Amérique du Nord, affirmait que jamais l’occasion d’acheter une première maison n’avait été aussi belle dans toute l’histoire contemporaine au Canada. Entre 1979 et 2009, le taux hypothécaire (hypothèque de 30 ans) est passé de 10% à 5% et  le pourcentage de saisies d’hypothèque de 0,25% à 13,7%.

Pour revenir au sondage Harris Decima, un Canadien sur deux estimait que le moment était bon pour un achat important. Puis, un sondage de TNS Canadian Facts réalisé auprès des jeunes Canadiens de 18-34 ans de partout au pays révélait que 18% d’entre eux songeaient à un achat important d’ici la fin de l’année, soit une automobile ou une propriété.

Cette confiance se traduit d’ailleurs par une relance des mises en chantier (voir le billet ci-dessous) et un marché de revente de maison en effervescence ( billet à venir cette semaine). 

Si la boule de cristal de la Banque du Canada dit vrai, la récession n’aura duré que neuf mois, soit la plus courte depuis celle de 1957. Une prédiction qu’avait tenue Bloomberg en mai dernier après avoir consulté une dizaine d’économistes.

Reste que trois variables n’ont pas dit leur dernier mot : l’évolution du taux d’intérêt, la force du dollar et la santé du secteur de la construction aux Etats-Unis.   

     

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Articles conseils sur le financement d'une maison, la décoration et les rénovations