Deux excellents guides pour les amoureux de la campagne

     

 

En fouillant sur le Web, j’ai trouvé deux sources d’informations fort utiles pour ceux et celles qui veulent aider la nature à reprendre sa place autour de leur chalet ou de leur maison de campagne. Rappelez-vous! Je vous parlais du retour des herbes folles et des fleurs sauvages au lieu du sacrosaint gazon, du retour des plantes aquatiques au bord de vos lacs ou en retrait, de l’aménagement d’un marais filtrant et d’un système de récupération d’eaux de pluie.  

Il y a le bouquin Protéger et restaurer les lacs de Robert Lapalme. Possédant une maîtrise en administration et en gestion de l’environnement de l’Université de Sherbrooke, M. Lapalme est en quelque sorte une sommité au Québec en ce qui a trait à la mise en valeur des lacs et de leurs rives. C’est son bébé depuis plus de 20 ans! L’homme s’y connaît en matière d’aménagement de terrain et de zones bordant les lacs. Les plantes aquatiques auraient peu de secrets pour lui.     

M. Lapalme est professeur en gestion de l’eau au niveau de la maîtrise en environnement à l’Université de Sherbrooke. Entreprises et municipalités n’hésitent pas à le consulter au besoin.

Le livre de 192 pages a été publié en 2006 chez Bertrand Dumont éditeur, collection Bouquins verts.

Par ailleurs, la Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec (FIHOQ) a lancé l’automne dernier un répertoire de 28 pages renfermant la liste des végétaux recommandés pour la végétalisation des bandes riveraines du Québec.

Près de 20 critères de sélection destinés à faciliter le choix des végétaux y figurent, notamment la localisation sur le talus, la tolérance aux sels, la stabilisation, l’écran solaire et la protection contre l’érosion. Bref, tout pour savoir planter la bonne plante au bon endroit!

Le répertoire est issu d’un travail de collaboration entre la FIHOQ, l’Association québécoise des producteurs en pépinière du Québec et différents biologistes et groupes environnementaux. Des municipalités et des entreprises horticoles le consultent régulièrement. Le répertoire est accessible sur les sites Internet de la FIHOQ  www.fihoq.qc.ca et de l’AQPP www.aqpp.org.

Sinon, on écrit à fihoq@fihoq.qc.ca ou on téléphone au 450-774-2228.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Comment revamper sa maison avant de la vendre

 

Les techniques du Home Staging -art qui consiste à retaper une maison à peu de frais pour séduire l’acheteur- sont nombreuses. Seul un expert en la matière peut en faire le tour. Les agents immobiliers peuvent vous en refiler quelques-unes, du moins les techniques de base.  

En général, les acheteurs recherchent de l’espace. Bon, avec les années, ils finiront peut-être par les rétrécir en accumulant meubles, bibelots ou plantes de dimension impressionnante. Mais ça, c’est une autre histoire! Pour le moment, vous devez vendre votre maison et donner une impression de grandeur à toutes vos pièces.

On connaît les trucs classiques: multiplication de miroirs, couleurs claires (le blanc est imbattable!) au détriment des couleurs sombres, éclairage rampant au sol pour élargir l’espace. Mine de rien, l’éclairage peut jouer un rôle majeur dans la mise en valeur de votre résidence. Pour ajouter un peu de profondeur à une pièce minuscule et sombre, on dirige une source lumineuse vers un beau livre, une affiche, un bibelot franchement esthétique, un arrangement floral. Si la pièce est longue et étroite, on la munit d’une source de lumière latérale. Pour un plafond trop bas, on oriente l’éclairage vers le haut. 

Évitez un éclairage trop cru sur un mur jaune, sinon toute la famille aura l’air malade. Le jaune exige une lumière diffuse et paisible. 

Bref, l’impression de grandeur n’est pas directement  proportionnelle à la dimension d’une maison. Une grande partie se joue dans la décoration et l’aménagement. Heureusement car si on dispose d’un budget plutôt maigre pour procéder à des rénovations avant la mise en vente de la maison, on peut toujours se rabattre sur le cosmétique.

Une mise en garde cependant : les conseillers en Home Staging rappellent qu’il est préférable de donner à la décoration une ambiance neutre et dépersonnalisée. Les futurs propriétaires se chargeront de mettre votre maison à leur image au fil des années.  

Trois autres techniques fort simples: faire un ménage en profondeur de toutes les pièces,  peindre les murs pour rafraîchir votre chaumière (drôlement efficace et peu coûteux!) et procéder aux réparations mineures, tout ça pour donner l’impression à l’acheteur que votre maison a été bien entretenue.

Changer la position des meubles pour agrandir l’espace d’une pièce n’est pas une mauvaise idée non plus. Comme celle de mettre en valeur vos espaces de rangement! On connaît la chanson : les gens se plaignent régulièrement qu’ils manquent d’espace de rangement.    

Si vous avez un immeuble à revenu à vendre, refaire un balcon défraîchi et renouveler l’aménagement extérieur sont deux initiatives pleines de promesses.

En passant, notre Carmen (voir les billets précédents) poursuit son travail de Home Staging. Elle vient tout juste de procéder à un nettoyage à fond à l’extérieur : gazon, haies, arbustes, saletés sur les murs extérieurs. Elle est sur le point de planter la pancarte « À vendre !» près de la rue.

Cette semaine, j’ai appris que des experts affirment  que le Home Staging peut augmenter la valeur marchande de votre maison jusqu’à 5%. Et certains d’entre eux osent déclarer  qu’une maison tombe dans l’œil de l’acheteur en moins de 90 secondes! Façon technique de dire : dès le premier regard!

Le concept Home Staging a été inventé en 1972 aux États-Unis par Barbara Schwarz, décoratrice et ancienne agente immobilière. Ses techniques sont appliquées de façon systématique au Québec depuis quelques années seulement.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Une tarte aux pommes pour vendre la maison au plus vite!

 

Vous vous souvenez de Richard qui s’est vu obligé d’agrandir sa cuisine parce qu’il n’avait pas pu trouver une maison à son goût? De sa voisine Carmen qui se faisait construire une maison près de Drummondville? De son entrepreneur qui, pour aider Carmen à vendre sa maison rapidement au prix voulu, avait réparé son patio et se préparait à changer le plancher de sa cuisine? Des amis de Carmen qui lui ont suggéré d’enlever quelques-unes de ses plantes gigantesques qui encombraient sa cuisine afin de donner une impression de grandeur?  Et de changer le bleu des murs de son salon pour une couleur plus claire?

L’entrepreneur et les amis de Carmen lui faisaient une leçon de Home Staging (valorisation résidentielle), un art qui consiste à retaper une maison à peu de frais pour séduire les acheteurs qui franchiront le pas de la porte.

Titre du billet : Vendre sa maison rapidement au prix voulu.

Le Home Staging s’appuie sur une vérité universelle : peu importe l’objet convoité, l’acheteur habituellement se décide dans les cinq première minutes. Il n’aime ou il n’aime pas! Certains spécialistes vont jusqu’à dire que neuf personnes sur dix achètent une maison à la suite d’un coup de foudre!

Mais attention! Ne vous imaginez pas que vous allez pouvoir vendre votre maison à un prix de fou! Le Home Staging ne provoque pas de miracle. Par contre, il vous aide à vendre votre maison rapidement. Et dans la plupart des cas, au prix recherché!   

En procédant aux petites améliorations qu’exige votre maison que vous cherchez à vendre, vous épargnez beaucoup de besogne à l’acheteur car, semble-t-il, de plus en plus de gens ne veulent plus rénover. Ils veulent une maison « clef en main » pour ensuite passer à autre chose. 

Le Home Staging s’applique à toute forme d’habitation que l’on veut vendre: duplex, triplex, quadruplex, condo, chalet, maison de campagne, etc. C’est pourquoi j’ai tenu à inclure ce billet dans la section Propriété à revenu.

Et puis, votre maison représente l’investissement de votre vie. Alors, pourquoi ne pas en tirer le prix maximum? Les conseillers en Home Staging rappellent qu’il est préférable, et de loin, d’investir entre 1000 et 3000$ pour vendre la maison au prix fixé, que de se voir obligé de baisser et de baisser et de baisser la somme demandée parce que les acheteurs tournent les talons.

Certains crieront à la manipulation. « Vous trompez l’acheteur! » Pas tout à fait vrai. Car il y a une marge entre tromper un acheteur et mettre en relief les atouts de votre maison! Exemple : laver son auto avant de la vendre n’est pas duper l’acheteur, c’est de la mettre en valeur. Effacer les kilomètres au tableau de bord, ça c’est criminel!

Je vous reviens avec les trucs rudimentaires du Home Staging. Demain probablement! D’ici là, je vous donne un ingrédient de réussite à mijoter dans votre tête. Pourquoi ne pas accueillir l’acheteur avec une tarte aux pommes en train de cuire au four? C’est la saison des pommes! L’odeur est irrésistible!

Je viens de vous donner la première règle du Home Staging : accueillir l’acheteur dans une atmosphère imprégnée de chaleur.    

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Que de maisons achetées, que de maisons vendues!

Les taux d’intérêt sont bas, les prix des maisons restent décents et les Canadiens s’en donnent à cœur joie!

On vend on achète, on vend on achète, on vend on achète! Si bien qu’un nombre de 42 483 maisons ont changé de main au mois d’août, selon le système MLS(R) des chambres immobilières canadiennes. Cela équivaut à une hausse de 18,5%  comparativement à août 2008, et de plus de 15%  pour un troisième mois d’affilée sur une période de douze mois.

Après désaisonnalisation, le chiffre d’affaires de toutes les ventes résidentielles MLS(R) survenues au mois d’août a battu tous les records, en augmentant de 1,5% comparativement au mois de juillet pour atteindre le chiffre de 14 milliards $.

C’est en Colombie-Britannique que le vent souffle le plus fort. À Vancouver, on ne sait plus où donner de la tête! En août, la hausse du nombre de reventes a atteint 117%, suivi de Toronto à 27%, Calgary à 17%  et Montréal à 9%. En fait, l’ensemble des ventes résidentielles dans les 25 marchés principaux du pays a augmenté de plus de 20% pour un troisième d’affilée, par rapport à l’année précédente.

Le marché des maisons de luxe joue encore le rôle de locomotive. Depuis l’an dernier, le prix moyen résidentiel MLS(R) sur ce marché a progressé de 11,3% pour s’établir à 324 779 $. C’est le prix moyen national le plus élevé pour un mois d’août.

Le nombre de nouveaux mandats (maison à vendre) a baissé pour un huitième mois d’affilée par rapport à l’année précédente. Conséquence : l’inventaire de maisons sur le marché descend doucement. À la fin d’août, 212 227 maisons étaient inscrites à vendre aux systèmes MLS(R) soit une baisse de 13,3%  comparativement à l’année précédente. Au pays, on comptait cinq mois d’inventaire en août, par rapport à 4,4 mois en juillet.

« Le nombre de mois en inventaire équivaut à l’inventaire de mandats en vigueur à la fin du mois, divisé par le nombre de ventes conclues durant le mois, écrit-on dans le communiqué de presse. Il désigne le nombre de mois qu’il faudrait compter pour vendre l’inventaire actuel au taux de ventes actuel. »

Tout ça pour dire que ça va bien, très bien même sur le marché de la revente.

« Les ventes enregistrées à l’échelle nationale au cours du troisième trimestre portent à croire que le marché atteindra une hausse importante comparativement au deuxième trimestre », affirme le président, Dale Ripplinger. « Les taux d’intérêt favorables et le prix abordable des maisons continuent à attirer les acheteurs au marché de l’habitation. La confiance des consommateurs continue de s’améliorer, et cela augure bien pour l’activité au cours des prochains mois ».

(Source : L’Association canadienne de l’immeuble)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Les maisons sur pilotis, la Suisse et Brad Pitt

    

 

Imaginez le feeling! Vous vous réveillez le matin avec la rumeur de la mer….sous votre lit! La mer pas juste devant, mais la mer en dessous de vous!

Le soir, c’est pareil. Vous vous endormez en écoutant l’eau clapoter. Et le jour, si vous êtes du type cocooning,  vous lisez le dernier roman de Dan Brown ou un Harry Potter avec la musique de l’eau au creux l’oreille. Un seul type d’habitation peut vous procurer cette sensation : la maison sur pilotis.

Des milliers et des milliers et des milliers de gens vivent sur l’eau à longueur d’année. Ce n’est pas le film Waterworld (Un monde sans terre) avec Kevin Costner, mais c’est juste une coche en dessous. Ces gens vivent surtout dans les îles du Pacifique, dans l’Océanie et dans des pays comme le Vietnam et la Thaïlande. On en retrouve aussi au-dessus des marécages au sud de l’Irak et dans quelques pays d’Afrique.

Dans notre dernier billet, nous avons vu qu’une bonne partie de Venise est bâtie sur des pilotis, quoique la Cité des Doges ne soit pas à proprement parler une ville construite sur l’eau.

La plupart des maisons sur pilotis sont construites sur l’eau par contrainte. Souvent, ce sont des propriétaires trop pauvres pour s’offrir une habitation décente. Parfois, il s’agit de gens vivant au même endroit génération après génération car, vu la proximité de la mer et les risques d’inondation, ils se doivent d’habiter une maison surélevée.       

Voulant venir en aide aux sinistrés de La Nouvelle Orléans après le passage de l’ouragan Katrina, l’acteur Brad Pitt a lancé l’opération « Make it right » dont le but est de construire des maisons sur pilotis dans le quartier Lower 9th Ward (deuxième photo). Il s’agirait apparemment de duplex. Un design tout à fait particulier permettra aux propriétaires de s’adapter aux conditions météorologiques extrêmes comme l’humidité excessive et la chaleur écrasante.  

Aussi, les architectes ont conçu des sortes de vérandas pour rapprocher les propriétaires de la rue, carrefour social des habitués du quartier. Naturellement, ces maisons sur pilotis fonctionneront en grande partie grâce à l’énergie solaire. Si tout va bien, 150 habitations du même type seront érigées. Intrigué? Le site Make it right vous en apprendra davantage sur le projet.

Les duplex de Brad Pitt sont construits sur pilotis que par mesure de prévention face aux ouragans à venir, donc sur la terre ferme, comme ces milliers de maisons de par le monde élevées sur pilotis à proximité de la jungle pour échapper aux rats et aux bêtes sauvages.

Des maisons s’élèvent aussi sur pilotis parce qu’elles se retrouvent sur un terrain en pente, comme sur les flancs d’une montagne par exemple, ce qui offre au propriétaire une vue splendide sur les alentours.

Avez-vous déjà eu le fantasme de construire une maison sur pilotis au-dessus d’un lac? Il y a un lac pour six personnes au Québec! Ce n’est pas l’eau qui manque! Les lois en matière d’environnement au pays l’autorisent-elles? Faudrait voir!

Mais en naviguant sur le Web, je suis tombé sur un projet qui se déroule en Suisse, dans le canton de Lucerne (première photo). Un groupe de flyés construit trois maisons au-dessus d’un lac près du village de Wauwil. Jusque-là, ça va! Mais il s’agit d’une copie conforme au modèle utilisé à l’âge de pierre. C’est pourquoi des archéologues participent au projet destiné au tourisme.    

En attendant, si vous voulez satisfaire votre fantasme de dormir sur l’eau, il y a toujours Bora Bora en Polynésie française, très couru par les adeptes des maisons sur pilotis (troisième photo).

Mais si l’envie de vous offrir une maison sur pilotis sur un terrain en pente vous titille, visiter le site www.technopieuxfrance.com  Des internautes y échangent de l’information avec des spécialistes sur le sujet. Au surplus, en tapant les mots « construire maison sur pilotis » sur votre clavier, vous découvrirez un tas de sites intéressants.

Pour la petite histoire, j’ai appris que le nom du pays d’Hugo Chavez, le Venezuela, signifie « Petite Venise ». Les premiers Européens à mettre le pied sur le territoire avaient été impressionnés par les premières maisons sur pilotis qu’ils voyaient de leur vie.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Articles conseils sur le financement d'une maison, la décoration et les rénovations