Combien vaut votre propriété?

Le propriétaire qui veut vendre sa maison ou son condo doit en connaître la valeur réelle afin de pouvoir fixer le prix de vente et mieux négocier. Il lui arrive parfois de déterminer lui-même la valeur de sa propriété en procédant à divers calculs. C’est possible, mais pas infaillible.

Plusieurs se fondent sur l’évaluation municipale pour déterminer la valeur marchande de leur propriété. Mauvaise idée. Le marché immobilier évolue de jour en jour alors que les services d’évaluation municipale, bureaucratie oblige, sont plus lents. S’ensuit un décalage entre le prix réel de la propriété et l’évaluation municipale. Souvent, cette évaluation est inférieure au prix réel de la propriété. L’évaluation municipale est un reflet de la valeur réelle d’une propriété, non pas la valeur elle-même.

iStock
iStock

On peut se rabattre sur un exercice fort populaire: trouver une propriété semblable à la sienne qui a été vendue, il n’y a pas si longtemps, dans le même quartier. La propriété doit être, dans la mesure du possible, identique ou presque. Même type, même année de construction, même superficie habitable, terrain de même dimension, aménagement extérieur semblable (piscine et autres installations), etc.  Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
iStock

Prêt hypothécaire à taux fixe ou prêt hypothécaire à taux variable : quelle option vous convient?

L’achat d’une maison est probablement l’achat le plus important que vous ferez.

Mais avant de faire vos boîtes et d’emménager, vous devrez d’abord obtenir un prêt hypothécaire. Il s’agit souvent d’un engagement à long terme. Le Canadien moyen s’attend à avoir remboursé son prêt hypothécaire à 59 ans1; il est donc important de faire vos recherches et de choisir l’option qui vous convient le mieux.

Essentiellement, lorsqu’il est question du taux d’intérêt que vous devrez payer pour votre prêt hypothécaire, vous avez deux options : un taux fixe ou un taux variable. Laquelle choisir? Eh bien, cela dépend de votre tolérance au risque.

Les prêts hypothécaires à taux fixe sont prévisibles.

Dans le cas d’un prêt hypothécaire à taux fixe, le taux hypothécaire et les versements mensuels (ou autres, selon la fréquence de versement que vous choisissez) restent constants pendant la durée du prêt hypothécaire.

BMO
BMO

Ainsi, vous connaîtrez le montant exact du capital (le montant emprunté initialement) et des intérêts (le montant payé sur la somme empruntée) que vous paierez sur chaque versement hypothécaire prévu tout au long de la durée choisie.

Le hic? Vous ne pourrez pas profiter d’un taux d’intérêt moins élevé — et affecter une plus grande partie de vos versements au remboursement du capital — si les taux d’intérêt baissent pendant la durée de votre prêt hypothécaire. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
iStock

Le propriétaire et les catastrophes naturelles

Vous avez l’impression que ça ne dérougit pas? Feux de forêt gigantesques à Fort McMurray en Alberta l’an dernier, inondations historiques au Québec ce printemps, grêles et orages violents cet été. Votre impression est bonne. Et ces tragédies vont augmenter en nombre. On fait quoi avec les contrats d’assurance? Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
iStock

D’autres moyens d’obtenir sa maison

La valeur de l’actif net d’un ménage propriétaire s’élève à 464 000 $, alors que celle d’un ménage locataire se chiffre à seulement 18 000 $.

Cette statistique est avancée par l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) dans sa démarche visant à sensibiliser les municipalités du Québec à l’importance de l’habitation dans l’économie québécoise.   Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page
iStock

Le propriétaire face aux orages violents

Les orages violents qui secouent le Québec depuis le début de l’été doivent susciter de l’inquiétude chez plusieurs propriétaires. Deux organismes tiennent à les rassurer : le Bureau d’assurance du Canada (BAC) et la Régie du bâtiment du Québec (RBQ).

Le BAC rappelle que la plupart des contrats d’assurance signés par les propriétaires couvrent les dommages provoqués par ce type de catastrophe naturelle. Sinon, il est dans leur intérêt de vérifier au plus vite.

Si le propriétaire devient victime d’un orage violent, la première démarche consiste à communiquer avec l’assureur ou le courtier le plus tôt possible pour mettre en marche le dossier de la réclamation. Plus vite ce sera fait, plus vite l’indemnisation sera effectuée.

Puis, le BAC conseille au propriétaire de s’attaquer aux étapes suivantes : Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Articles conseils sur le financement d'une maison, la décoration et les rénovations