Outil indispensable contre les bactéries

Lorsque j’étais étudiant à l’université de Sherbrooke, j’ai cuisiné une pizza aux fruits pour le bénéfice d’un nouveau colocataire. C’était ma spécialité. Tous les colocataires en redemandaient.

iStockphoto
iStockphoto

Assis devant le nouveau colocataire, j’attendais avec impatience son verdict  au moment où il avalait sa première bouchée. Soudain il a figé, les yeux sont devenus démesurément gros et il s’est rué vers la poubelle. Il a tout craché. «Ouache, c’est écoeurant! Ça goûte juste le sel!» Penaud, j’ai compris que j’avais mis du sel dans la pizza au lieu de mettre du sucre.

L’étudiant n’en est pas mort. Ses papilles gustatives ont subi une méchante raclée, mais aucune bactérie néfaste n’est venue semer la révolution dans son métabolisme.

C’est l’un des stress de la période des fêtes d’ailleurs: j’espère, se dit-on, que le plat est suffisamment cuit. S’il fallait que les mauvaises bactéries survivent! Je fais quoi si quelqu’un tombe malade?  La honte! Et cela pour le reste de mes jours.Santé Canada vous recommande fortement l’utilisation d’un outil indispensable en cuisine  à l’approche des grandes réceptions des fêtes : le thermomètre de cuisson numérique, ou conventionnel de qualité, ajouterais-je. Cela s’applique autant pour la viande que pour la volaille, le poisson et les fruits de mer. L’organisme fédéral vous rappelle que les bactéries susceptibles de provoquer des maladies d’origine alimentaire, comme la salmonelle, E. coli et Listeria, ne peuvent survivre à certaines températures élevées.

Quatre millions de Canadiens sont victimes chaque année d’une bactérie d’origine alimentaire. Santé Canada persiste à penser que le plupart d’entre eux peuvent être évités.

Voici textuellement les conseils de l’organisme:

  • Faites cuire complètement les aliments, en vérifiant la température à l’aide d’un thermomètre numérique propre. Toutes sortes de thermomètres de cuisson sont offerts sur le marché canadien, mais les modèles numériques sont considérés comme les plus précis, car ils donnent une indication exacte et instantanée de la température.
  • Retirez l’aliment du feu et insérez le thermomètre de cuisson numérique dans la partie la plus charnue de la viande jusqu’à ce que vous atteigniez le centre.
  • Évitez de toucher les os avec le thermomètre, car ils se réchauffent plus rapidement que la viande, ce qui pourrait vous donner une indication erronée.
  • Consultez le tableau des températures sécuritaires de cuisson interne du site de Santé Canada pour vous assurer que l’aliment a atteint la température interne recommandée.
  • Si vous faites cuire ou griller plusieurs morceaux de viande, de volaille, de poisson ou de fruits de mer, vérifiez la température interne des morceaux les plus gros, car la cuisson n’est pas toujours uniforme.
  • Pour les hamburgers, insérez le thermomètre de cuisson numérique jusqu’au centre des galettes en passant par le côté. Les thermomètres de rôtissoire servant à surveiller la température des volailles entières et des rôtis pendant la cuisson ne conviennent pas aux galettes de bœuf haché.

Pour en savoir davantage, on se dirige vers le site de Santé Canada

Photo : iStockphoto

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

2 réflexions sur “ Outil indispensable contre les bactéries ”

Les commentaires sont fermés.