iStock

On refait le sous-sol

Votre sous-sol réclame des travaux après le passage des années. Peut-être aussi voulez-vous, vu les inondations catastrophiques de ce printemps qu’on prévoit répétitives, améliorer la protection de votre sous-sol pour faire face aux crues printanières? Suivez-le guide.

Pendant que vous y êtes, pourquoi ne pas mesurer la quantité de radon, ce gaz cancérigène, qui entre dans votre sous-sol? L’appareil de détection se vend dans les grands centres et chez les quincailliers. Si vous pensez qu’il n’existe pas pour la simple raison que vous n’avez jamais senti sa présence, vous avez tort. Il est inodore et incolore. Si le taux est élevé, l’organisme Écohabitation a conçu un système pour évacuer le gaz, croquis à l’appui.

Le même organisme décrit sur son site les principales étapes pour  rendre, de façon durable, votre sous-sol plus étanche. On vous les résume, et de façon très sommaire.

  • Il faut drainer l’eau autour du sous-sol et vérifier l’état des canalisations.
  • Il faut poser un matériau imperméable sur toute la surface extérieure des fondations et sur leur semelle. Cela peut être une membrane ou une préparation liquide à base de caoutchouc.
  • La dalle de béton au sol se doit d’être imperméable. Il faut lui ajouter une membrane pour bloquer l’infiltration de l’humidité provenant du sol. Sinon, on pose un matériau imperméable sur un isolant rigide avant de couler la dalle de béton. C’est encore plus efficace.
  • D’autres informations sont disponibles sur le site d’Écohabitation pour des travaux en profondeur.

De façon générale, il faut toujours examiner l’état des fondations et de la dalle de béton avant d’entreprendre des travaux majeurs au sous-sol. Voyez-vous des traces de moisissures et d’humidité? Des fissures? Les fenêtres suintent-elles? Si oui, il faut y remédier car, tôt ou tard, vous devrez peut-être défaire ce que vous avez rénové pour régler les problèmes de condensation et d’infiltration d’eau.

iStock
iStock

Pour vous assurer une tranquillité d’esprit, il existe un truc classique pour vérifier si le taux d’humidité est acceptable. Fixez un papier d’aluminium ou de plastique sur le sol et au mur. Si vous voyez des gouttelettes d’eau au-dessus du papier, vous avez un problème de condensation d’humidité. Si elles se trouvent en dessous, vous avez un problème d’infiltration d’eau.

Continuons. Quel est l’état du faux-plancher au sol et des solives au plafond? L’état des isolants? Celui du gypse? Au moindre doute, il faut apporter les correctifs nécessaires.

Si vous avez les deux mains dedans, pensez à insonoriser entre le plancher du rez-de-chaussée et le plafond du sous-sol.

Rappelez-vous que le cinquième des pertes de chaleur d’une maison se fait généralement au sous-sol. L’étanchéité doit donc être efficace.

Si une salle de bain ou une salle d’eau se trouvent au sous-sol, songez à y installer un ventilateur extracteur d’air. Ailleurs, installez un système d’échangeur d’air.

Si vous projetez d’ouvrir une salle de bain au sous-sol, vaudrait mieux la placer près des renvois et des tuyaux d’alimentation déjà en place.

Souvenez-vous que la première marche de l’escalier menant du sous-sol au rez-de-chaussée  ne doit pas être plus basse que les autres. Les dimensions de la contremarche doivent être identiques. Il faut en tenir compte avant de rénover le plancher.

iStock
iStock

Toujours consulter les règlements municipaux et le Code de construction du Québec avant d’entreprendre des travaux majeurs.

Photos : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page