Notre victoire contre les mites

Voici le courriel envoyé à nos «colocs»: «Ne soyez pas surpris de voir quelque chose de nouveau dans votre congélateur en haut du frigo.»
Rappelez-vous: l’an dernier, nous avons emménagé pour deux ans avec nos enfants qui retournaient à l’université. Mon conjoint et moi avons notre mini congélateur tandis que les enfants partagent celui du réfrigérateur.

Mite photo de L. Hirlimann sur Wikipedia  CCASA
Mite photo de L. Hirlimann sur Wikipedia CCASA

Fin avril, un premier papillon me frôle le visage. Elles sont tôt les mannes, me dis-je. Une seule journée de chaleur et elles sortent. Je l’attrape et la met dehors. Peu de temps après, un deuxième papillon. Pas le temps de m’en occuper. Je tue le papillon. Avec regret.

Début mai, un autre papillon! Étrange, il fait froid. Une amie en visite me demande : Serait-ce des mites? Brrr… Des mites ? Oui, les mites deviennent des papillons qui ressemblent à des mini-papillons de nuit.

Je pense aux mites de vêtement. Frisson. Quatre adultes, cela en fait des vêtements ! Sans oublier la literie. Puis, je pense au tapis en fibre naturelle dans le salon, la salle à dîner, le corridor. Vite, Internet !

Nos papillons ressemblent effectivement à ceux de Google Image.
Vite la solution ! J’appelle Axter MP Extermination Montréal. Il ne faut rien de toxique car notre petite-fille de deux ans aime bien ramasser tout ce qui l’intrigue et goûter à ce qui lui tombe sous la main. Le spécialiste me recommande d’attraper un papillon et de bien l’examiner. S’il mesure plus d’un centimètre, c’est sûrement des mites de farine. Mais avant, il faut laisser le papillon se déplacer pour repérer l’endroit où il ira dormir.

Le lendemain matin, je repère un papillon sur l’arrête de la porte du garde manger de nos deux enfants. Je l’attrape. Moi, Miss Tupperware, je suis soulagée. Tout est dans des contenants de plastique de notre côté. Mais la bouffe des deux jeunes, non.

On me recommande de bien vérifier tout ce qui est à base de farine et autres substances, de jeter évidemment tout ce qui est « à l’air » libre et de mettre tout dans des contenants hermétiques. Pas besoin de jeter les pots de confiture, me dit-on à la blague. Branle bas de combat. On vide tout et on lave tout avec de l’eau savonneuse et du vinaigre. Savez-vous où nous avons trouvé un ver ? Entre deux verres de plastique jetables neufs.

Soulagés, nous respirons.

Quelques jours après, un autre papillon ! Grrr… Les enfants n’ont pas mis leur pain, muffins, riz nouvellement achetés et entamés dans des contenants de plastique. Grrr… Du calme, me dit mon chum. On observe davantage. L’hôtel de luxe des papillons semblait être le cabinet du haut, là où on range les plats de service. Vous savez, ces assiettes et couvercles noirs avec des petites rayures ? On prépare une grande fête bientôt. On en aura besoin. Solution : choc thermique.

Nouveau courriel aux jeunes : «Ne soyez pas surpris de voir quelque chose de nouveau dans votre congélateur en haut du frigo.» On déménage des articles de notre mini-congélateur vers le congélateur du frigo. On fourre les plats de service noir dans un sac à ordure et on le dépose dans le mini-congélateur. Puis, on attend une journée très chaude pour mettre le sac hermétiquement fermé sur le balcon, le temps que le soleil joue son rôle d’exterminateur avec ses rayons.

Disparus les papillons ! On a gagné la guerre contre les mites !

Référence : Axter exterminateur

Source photo : Wikipedia Creative Commons Attribution-Share Alike Ludovik Hirlimann

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Une réflexion sur “ Notre victoire contre les mites ”

  1. La nature crée le mal et aussi la solution pour l’irradié, plus besoin d’utiliser des insecticides chimiques pour chasser des bibites puisqu’il y a des solutions naturelles et moins dispendieuses.

Les commentaires sont fermés.