Le monoxyde de carbone et le chauffage au bois

iStockphoto
iStockphoto

Vous connaissez la Sibérie? Ça doit ressembler aux températures qu’on ressent depuis quelques jours. Ça ne peut quasiment pas être pire. Qu’à cela ne tienne! Ça ne nous empêchera pas de sortir prendre l’air et de pratiquer nos activités préférées. Bien habillé, on peut affronter la froidure sans broncher…ou presque.

Par contre, l’anticipation de frais d’électricité élevés risque de nous titiller davantage. Pas de problème! Pas nécessaire de monter le thermostat, commençons par porter une petite laine supplémentaire. C’est chaud, réconfortant et tellement doux. C’est l’occasion idéale de porter le chandail tricoté par votre maman. Les bas de laine, c’est assez gagnant aussi. Moi, je les porte d’octobre à avril. Je prends mes pieds très au sérieux, comme vous le voyez.

Si vous êtes comme moi, dans la journée, alors que je suis plus active, ça va. Mais le soir venu, c’est souvent plus froid et le moment de lecture se prolongeant, je réalise que le froid se fait plus saisissant. Eh bien, je profite du beau jeté en simili fourrure, cadeau de mon amie Francine, pour m’installer à mon aise. Un bon chocolat chaud sur la table d’appoint, bien calée dans mon fauteuil et recouverte de cette couverture chaude, la lecture n’en est que plus agréable.

Mais parfois, par temps vraiment froid ou par simple plaisir, je vais chauffer le poêle. Ça tempère le sous-sol et ça me relaxe. Regardez valser les flammes est presque une thérapie pour moi. Mais je dois vous avouer que ma détente est tributaire de mon penchant pour la sécurité. Je ne pourrais relaxer si j’avais la crainte d’un incendie.
Je m’organise donc pour que les alentours de mon poêle soient libres de tout ce qui pourrait s’enflammer. Mes livres chéris, les coussins, le jeté, tout est à une bonne distance des flammes. Une étincelle peut faire tellement de ravages! Je dépose les cendres dans un contenant de métal et, quand elles sont bien froides, j’en dispose lors de la collecte des déchets.

J’ai également un détecteur de monoxyde de carbone. Très efficace d’ailleurs car ma fille, qui utilisait du fixatif à cheveux à proximité, a contribué à le déclencher. Les pompiers m’ont dit que cet appareil détecte les changements dans la composition de l’air et s’alerte s’il y a lieu. Avis à tous, donc, le fixatif est alarmant pour le détecteur.

Finalement, je n’utilise que du bon bois sec. Un entrepreneur ayant fait des travaux chez moi m’avait déjà suggéré de brûler des résidus de construction dans mon poêle. Comme je savais que ça pouvait contribuer à l’accumulation de créosote dans ma cheminée, je ne l’ai jamais fait. En plus, il semble que ça peut dégager des substances chimiques contenues dans les matériaux. Pas intéressée. C’est beau les économies, mais sécurité et santé avant tout.

Source photo : iStockphoto LP
Source : econaud.ca

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone