Mise de fonds exorbitante en Chine

(Ce billet est la suite du billet Le logement en Chine) Aucune possibilité de négocier pour l’achat d’une habitation en Chine. Le prix, souvent exorbitant, est défini d’avance. Propriétaires et promoteurs tiennent leur bout et préfèrent garder les logements vides au lieu de baisser les prix.

Comme nous l’avons déjà signalé sur ce blogue, l’une des conséquences est que des villes entières nouvellement construites sont désertes, les Chinois n’ayant pas les moyens de se payer le logement offert.

La mise de fonds pour acquérir une résidence oscille entre 30% et 50% de la somme totale pour un premier logement et jusqu’à 70% pour un deuxième logement.

Les auteurs du bouquin nous rappellent «qu’on n’est jamais propriétaire du bien qui est concédé pour une période établie sur l’acte de propriété et qui s’étend de 40 à 70 ans.»

iStockphoto
iStockphoto

Ce sont souvent les agences immobilières qui jouent le rôle de négociateur entre propriétaires et locataires, ces derniers disposant de peu de recours. Cela concerne la connexion à internet, la récupération d’une somme d’argent déposée en guise de dépôt ou même la recherche d’un logement. Dans les appartements huppés, c’est le propriétaire qui se charge de payer les frais de l’agence. Sinon, c’est vous et le montant équivaut à 35% du loyer mensuel. Qui a dit que le capitalisme était parfait?

Le dépôt de garantie existe en Chine, une pratique qui devrait rendre jalouses les associations de propriétaires québécoises. Par contre, les locataires imprudents voient souvent leur argent se volatiliser.

Les propriétaires de logements préfèrent bâtir au lieu d’entretenir. C’est pourquoi les immeubles sont parfois jetés au sol au bout d’une vingtaine d’années seulement pour faire place à un immeuble flambant neuf.

Le locataire s’occupe de toutes les factures. Le «tout compris» n’existe pas. En général, les logements se louent meublés et la location reste facile.

Notez que la section logement du bouquin contient aussi de l’info pour les étudiants de l’étranger se cherchant où se loger, ou les étrangers voulant s’installer temporairement à un endroit, le temps de trouver ce qu’ils recherchent.

Vous lirez aussi le témoignage d’une courtière en immobilier, des forums de discussions pour éviter les arnaques, comment déménager vos biens personnels là-bas si vous songez à vous y installer, et un tas de sites internet de confiance pour vous aider dans votre déménagement.

Et vous apprendrez qu’être bon bricoleur est d’un grand secours là-bas.

Vous ne serez pas trop dépaysé une fois là-bas. IKEA dispose de boutiques un peu partout.

Les bouquins de la collection Vivre le monde sont facilement reconnaissables. La page couverture est orange et noire.

Je vous rappelle que vous ne trouverez aucune information touristique dans ces bouquins, seulement des informations pratiques sur la vie quotidienne: impôts, vie étudiante (beaucoup de témoignages), comptes bancaires, transports, dentistes, shopping, permis de conduire.

Ajoutez à cela les témoignages de gens vivant en Chine depuis longtemps. C’est ce qui me plaît le plus.

iStockphoto
iStockphoto

Un gros merci à Hikari Éditions qui nous a autorisés à puiser des informations concernant le logement dans chacun des pays abordés par l’éditeur.

Référence:

Vivre la Chine, le guide pratique de la vie en Chine, Morgane Delaisse et Hikari Pékin, collection Vivre le monde, 2015, 392 pages

À lire:

Résidence et prestige en Corée du Sud

Les Coréens aiment changer de logement

Les Russes vivent en appartements

Pas de chauffe-eau en Russie

Photos: iStockphoto

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone