iStock

Mise de fonds et assurance : attention!

Constituer une mise de fonds suffisante pour acheter une maison est un exercice de discipline qui n’est pas donné à tout l’monde. Beaucoup bûchent longtemps sans jamais y arriver. Parfois, c’est une série de circonstances qui rend l’exercice impossible.

Il existe une alternative : la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL).

La plupart des établissements de crédit au Canada exigent que l’hypothèque soit dotée d’une assurance si la mise de fonds est inférieure à 20% du prix d’achat de la maison. Ainsi, le prêteur se protège si jamais le propriétaire ne peut effectuer ses paiements durant certains mois.

De toute façon, la Loi canadienne sur les banques interdit aux établissement soumis à la réglementation fédérale d’accorder un prêt non assuré si celui-ci dépasse 80% de la valeur de la propriété, ou si la mise de fonds du futur propriétaire est inférieure à 20% du prix d’achat de la maison.

Or, la SCHL vous permet d’emprunter jusqu’à 95% du prix d’achat de la maison que vous avez en vue, par l’entremise de votre prêteur, mais vous devez contracter une assurance-prêt. C’est obligatoire. Il y aura une prime à payer.

La SCHL étant une entreprise publique fédérale dont l’une des missions est de protéger le propriétaire contre toute mauvaise surprise, l’organisme met à sa disposition sur son site internet un tas d’outils afin qu’il se fasse une idée claire de sa capacité financière à acheter une propriété. Comme par exemple bien calculer le taux de la prime en fonction du prix d’achat de la maison, de la mise de fonds, si petite soit-elle, et autres variables.

iStock
iStock

Un conseil : prenez le temps de bien calculer. Mieux que ça, refaites vos calculs autant de fois que vous le pouvez. Cela relève de votre responsabilité de votre statut de propriétaire ou de futur propriétaire. Vous ne pouvez faire porter le fardeau entier de la responsabilité à un tiers ou à une institution.

La chroniqueuse Stéphanie Grammond de la section affaires de La Presse rapporte un fait vécu que nous avions gardé dans nos archives. C’est l’histoire d’une propriétaire d’un bas de duplex qui veut acheter un condo. Il est question d’hypothèque, d’intérêts, d’assurance-vie et d’assurance invalidité, de REER, du programme RAP (accession à la propriété), mais surtout d’une prime d’assurance qui a coûté cher.

Photo: istock.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone