iStock

Mieux acheter pour mieux revendre

Certains achètent une propriété sans penser qu’ils vont la revendre un jour. La maison leur plaît? C’est suffisant. La dimension investissement est secondaire. D’autres songent au potentiel de la revente de la propriété. Ils veulent maximiser leur achat. Des conseils peut-être?

Énumérer tous les facteurs déterminant l’évolution de la valeur d’une propriété à travers les années serait trop long. Les experts de Via Capitale vous en offrent quelques-uns.

Le quartier dans lequel se trouvera la propriété convoitée est d’une importance capitale pour le potentiel de la revente. Exemple: si le secteur est très dense en termes d’habitations, la valeur ajoutée par les travaux de rénovation que vous effectuerez sera plus grande que dans un secteur moins densément peuplé. Concurrence oblige.

Si le quartier que vous habiterez laisse à désirer, que les conditions économiques sont défavorables, que les services publics sont éloignés, vous aurez beau vous débattre pour augmenter la valeur de votre maison en procédant à toutes sortes de changements, vos efforts vous conduiront dans une impasse. Et vous aurez perdu beaucoup d’argent.

Si le secteur renferme toute une série de maisons identiques, alors que la vôtre est différente mais de façon négative, il serait préférable de rénover en conséquence. Exemple: toutes les propriétés du voisinage possèdent des sous-sols modernes parfaitement aménagés alors que le vôtre paraît délabré.

Sauter sur une propriété parce que le prix vous semble dérisoire par rapport à la qualité n’est pas une bonne idée. Informez-vous pourquoi. Le premier acheteur aura tendance à se frotter les mains de satisfaction en songeant au profit énorme qu’il fera, moyennant quelques rénovations. Danger!

Une maison de grande taille divisée en plusieurs pièces se vend généralement mieux qu’une maison de taille identique dotée de pièces moins nombreuses, mais plus grandes. Les gens aiment disposer d’un grand nombre de pièces.

Les maisons qui nécessitent peu d’entretien sont habituellement plus faciles à vendre. Si le vendeur a procédé à toutes les rénovations et qu’il a les factures en main pour le prouver, c’est déjà beaucoup.

Plus les générations passent, plus la vie au grand air devient une priorité. La frontière s’efface entre l’intérieur et l’extérieur. Terrasses, patios, aménagements paysagers ont leur importance. Trois facteurs doivent guider l’acheteur : le moins d’entretien possible, des matériaux sains et durables (pierres, bois, briques, béton, terre cuite) et un maximum d’intimité.

Plus les années passeront, plus la maison durable sera en demande. Le mouvement est irréversible. Vous gagnerez à coup sûr si vous optez pour une propriété écologique. Sa valeur augmentera au fil du temps. Les conseillers de Via Capitale ont suivi une formation spécialisée en matière de maison durable. Ils peuvent vous renseigner sur une foule de sujets.

iStock
iStock

Si vous optez pour une propriété ordinaire, dans un quartier ordinaire, dans une ville peu attrayante et à l’avenir économique incertain, vous risquez fort d’avoir un prix ordinaire au moment de la vente dans quelques années. Un léger surplus, au mieux.

Les travaux de rénovation augmentent la valeur d’une propriété, mais il y a une limite. Il faut éviter de tout miser sur ces travaux. Il faut calculer le retour sur l’investissement. Et dites-vous que si la somme totale de vos rénovations dépassera le prix moyen des maisons du voisinage, vous aurez perdu beaucoup d’argent.

Si le vendeur  a la preuve que le taux de radon, un gaz cancérigène, est élevé sur son terrain, il a l’obligation de vous en informer. Ce gaz fait de plus en plus parler de lui. Il risque d’affecter la valeur des propriétés.

Photo : iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *