Le meilleur début d’année depuis 2012

Les ventes résidentielles ont fait un bond de 6% au Québec durant le premier trimestre de l’année, comparativement à celui de 2016. Nous n’avions pas vu une telle performance depuis 2012.

iStock
iStock

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) souligne également qu’il s’agit d’une onzième hausse trimestrielle consécutive.

Force est de constater que les resserrements hypothécaires apportés par le ministre des Finances Bill Morneau n’ont toujours pas ralenti le rythme des ventes au Québec. Selon Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ, la création d’emplois continue et le solde migratoire ont permis au marché d’éviter le ralentissement.

Voici d’autres données reliées au premier trimestre de 2017 et rapportées intégralement.

Ventes

La copropriété a connu un excellent trimestre, alors que les 4 660 transactions conclues représentent une augmentation de 13 % par rapport au premier trimestre de 2016.

Les ventes d’unifamiliales et de plex ont pour leur part crû respectivement de 5 % (15 081 transactions) et de 3 % (1 660 transactions).

Sur le plan géographique, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Gatineau s’est nettement démarquée avec une augmentation considérable des ventes de 19 %. Les autres RMR ont toutes connu des hausses d’activité (Saguenay [+7 %], Montréal [+6 %], Québec [+5 %] et Sherbrooke [+4 %]) à l’exception de celle de Trois-Rivières (-3 %).

Plusieurs plus petits centres urbains ont enregistré un bond important du nombre de transactions par rapport au premier trimestre de 2016, dont Sept-Îles (+55 %), Mont-Tremblant (+49 %), Saint-Georges (+47 %), Rivière-du-Loup (+36 %) et Rouyn-Noranda (+31 %).
Prix

Le prix médian d’une maison unifamiliale a atteint 240 000 $ au Québec durant les trois premiers mois de l’année. Il s’agit d’une croissance de 3 % sur un an.

Bien que cette hausse des prix demeure relativement modeste, elle représente néanmoins, en rythme annuel, la plus forte progression en près de cinq ans.

Les RMR de Sherbrooke (+9 %), Gatineau (+7 %) et Montréal (+5 %) ont affiché les augmentations les plus importantes du prix médian des unifamiliales.

La FCIQ ajoute que le volume de propriétés résidentielles à vendre est toujours en baisse, le nombre d’inscriptions en vigueur ayant diminué de 9%.

Quant au délai de vente moyen,  il était de 118 jours, ce qui inclue tous les modes de propriété. Des statistiques plus poussées sont disponibles sur le site de la FCIQ.

Du côté du Grand Montréal, la hausse au cours du premier trimestre 2017 a été identique à la hausse provinciale, soit 6%. D’autres données sont disponibles à la Chambre immobilière du Grand Montréal.

Photo: istock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone