Méfiez-vous du petit monstre tapi dans un coin

Vous avez sûrement enmémoire l’histoire terrifiante (le mot est faible) de la maison de Maskinongéqu’on devra brûler en dernier recours. Quand il faut porter un scaphandre oupresque avant d’entrer parce que le bâtiment est devenu toxique, c’est que lamaison est condamnée. La propriétaire n’a pas le droit de sortir quoi que cesoit. Il ne lui reste que son alliance et son sac à main, selon le Journal deMontréal. La cause : l’invasion d’un champignon appelé la mérule pleureuseprovoquée par des infiltrations d’eau à répétition.

Le magazineProtégez-vous consacre plusieurs pages de son édition de janvier 2011 à cespetits monstres qui dorment tranquillement dans le vide du toit, sous un tapisou même dans un coin derrière un meuble : les champignons ou moisissurescausés par un excès d’humidité ou une infiltration d’eau, sournoise la plupartdu temps.

Le point de départ:l’histoire de la famille Chabot-Boucher qui, pour ne pas avoir fait inspecterleur maison avant de l’acheter, ont subi une invasion grave de moisissures. Unefois devant le juge (l’affaire a pris le chemin de la cour), ils ont dit avoireu l’impression de vivre dans un logement de quatre pièces et demie tellementleur maison était rongée.

Je citeProtégez-vous : « C’est en enlevant le tapis du sous-sol que lesdommages sont apparus. Le couple constate que le contreplaqué est dans un étatavancé de putréfaction. Le papier noir dessous est imbibé d’eau. L’une dessources de l’écoulement : une fissure dans le mur de fondation, cachée pardes détritus au moment des visites. Il faut entre autres défaire les mursintérieurs pour décontaminer et ceinturer la maison d’un drain français.Entretemps, le sous-sol est une zone sinistrée. Plus de salle familiale, plusde chambre! »

Tout le monde porteune partie du blâme dans cette affaire: le propriétaire-vendeur, le courtierimmobilier (il est allé trop vite) et la famille Chabot-Boucher.

Les experts deProtégez-vous abordent le sujet de long en large: les signes apparents etcachés d’une humidité excessive, le choix d’un bon inspecteur, une liste decinq conseils avant d’acheter une maison, la meilleure façon de se prépareravant d’affronter le juge, six façons de purifier son air intérieur.

Pour finir, un articleconsacré à la thermographie, une méthode révolutionnaire pour déceler les vicescachés d’une maison. Je vais y revenir.

On se procure leProtégez-vous au kiosque le plus proche ou on se dirige vers le www.protegez-vous.ca

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone