Les envahisseurs arrivent

Notez bien les caractéristiques de chaque partenaire avant de faire votre choix de couvre-sol. Sont-ils du genre fusionnel ou solitaire? Aiment-ils la chaleur et s’étendre sur le sable? Préfèrent-ils un milieu humide? Adorent-ils prendre leurs aises?

Peu importe votre choix, une chose est certaine, ils envahissent le gazon. Adieu tondeuse!

Pour les fusionnels aimant vivre collés les uns aux autres dans un environnement ensoleillé et bien drainé, le Sedum acre offre un lit vert clair. Aux portes de l’été, il se parsème d’étoiles dorées. Mais attention, il n’aime pas être encadré, il aime courir. Et il court vite. C’est un envahisseur, quoi.

Sedum Acre. Photo Wilson 44691 Wikipédia

Il y a toujours son p’tit cousin, le Sedum réfléchi qui court un peu moins vite. Quant à l’autre cousin, le Sedum orangé, il est encore plus fusionnel et produit plus de bébés fleuris. Cette famille de Sedum peut atteindre des hauteurs de 5 à 8 cm.

Si vous vous mettez à la recherche du Sedum acre, sachez qu’on l’appelle aussi l’Orpin âcre ou Orpin brûlant. C’est une vivace de la famille des Crassulacées. Ces plantes succulentes possèdent des feuilles charnues. Pour votre information, succulent vient de Succulentus qui veut dire « plein de suc ». Et Sedum vient de Sedare qui signifie apaiser.

Après avoir admiré les étoiles de votre Sedum acre, vous vous laisserez charmer par les petites fleurs bleues groupées du Serpolet qui fleurissent de juin à octobre. Le Serpolet, souvent appelé Thym Serpolet, se marie bien à un environnement aride parmi les rochers. Son lit préféré : les monticules bien drainés dans un sol maigre et sec.  Il risque de mourir dans un lit trop humide.

À maturité, le Serpolet peut s’étendre jusqu’à 50 cm de largeur (presque 2 pieds) et atteindre 10 cm de haut. Il tapisse bien le sol. Son parfum ravit nos narines l’été. Il attire chenilles et papillons. Bucolique n’est-ce pas?

Phlox pilosa. Photo Bouba (Wikipédia)

Votre environnement respire l’humidité? Dans la famille des Polémoniacées, plusieurs genres de Phlox adorent la moiteur. Du rose au bleu tendre en passant par le blanc et même le rouge, les Phlox font penser à de la mousse coulant sur le sol.

C’est bien joli, mais il vous faut un couvre-sol sur lequel vous pouvez marcher. Il semble que le trèfle blanc nain soit l’élu numéro un. On le retrouve sur plusieurs sites et forums traitant de couvre-sol. Pour qu’il conserve sa forme naine, ce trèfle ne doit pas être coupé.

Du genre fusionnel, le trèfle blanc nain produit un tapis tout vert. Certains internautes se plaignent qu’à la fleuraison, le trèfle attire les abeilles, d’autres affirment que ce n’est pas dérangeant. Rappelez-vous que les abeilles ne sont pas les « méchantes » guêpes. On en avait parlé dans un billet l’été dernier.

Et puis, saviez-vous qu’on peut retrouver plus de 4 feuilles à un trèfle?

Évidemment, avant de vous lancer dans l’aventure, vérifiez auprès de votre horticulteur ou horticultrice si votre zone d’habitation et votre environnement se marient bien avec votre choix de couvre-sol. Pour les visuels, voici un lien des Jardins Michel Corbeil avec des centaines de photos dont plusieurs plantes indigènes magnifiques.

Sources : le site français Wikipédia pour les articles sur les Polémoniacée, l’Orpin âcre, Sedum acre (Wilson 44691), le Phlox et le Serpolet et le forum de jardinage.net.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone