Maisons à vendre : un record!

Jamais on n’aura compté autant de maisons à vendre au Canadapour un mois de mars! C’est une augmentation de 20% par rapport au record demars 2008. De plus, jamais le nombre de maisons à vendre n’aura été aussi élevépour les trois premiers mois d’une l’année.

Les maisons à vendre inondent le marché. Les acheteurs sepourlèchent les babines car ils ont rarement eu autant de choix. Ce qui faitdire à Georges Pahud,  président del’Association canadienne de l’immeuble (ACI) : « La hausse des nouveauxmandats signifie que les acheteurs pourraient passer plus de temps à scruter lemarché avant de faire une offre. »

Le marché est toujours aussi animé. Les acheteurs sautentsur le téléphone, picorent sur les claviers, tapent sur la souris, parcourentles rues et achètent la maison convoitée. De l’autre côté, une multitude depropriétaires décident de se débarrasser de leur propriété pour différentes raisons.

Les ventes des trois premiers mois de l’année 2010 figurentparmi les meilleures jusqu’ici pour le premier trimestre d’une année.L’Ontario, le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador sont les trois provinces où levolume de transactions a été le plus intense.

«Un an sera bientôt écoulé depuis le recul attribuable à larécession et la hausse subséquente du marché de la revente au Canada, donc onprévoit que l’écart entre l’offre et la demande d’une année à l’autrecontinuera à diminuer au cours des prochains mois » souligne l’ACI.

Le prix moyen des maisons vendues en mars n’est qu’à 300$ deson record d’octobre 2009. Il est à 340 920$. En fait, le prix moyenrésidentiel a augmenté de 17,6% depuis mars 2009.

« L’effritement de l’abordabilité des logementsdéfavorise l’activité dans certains marchés canadiens les plus dispendieux auLower Mainland, en Colombie-Britannique », déclare l’économiste en chef del’ACI, Gregory Klump. « De plus, les taux d’intérêt hypothécaires plusélevés et la hausse des nouveaux mandats pourraient bientôt calmer quelque peula frénésie relative à l’achat d’un logement à Toronto. On prévoit que lesventes en Colombie-Britannique et en Ontario se replieront pendant le deuxièmesemestre de 2010, à la suite de l’entrée en vigueur de la TVH qui nuira àl’activité au pays. La hausse du nombre de logements à vendre et le recul de l’activitéexerceront de la pression sur le prix de vente résidentiel qui était à lahausse ce printemps. »

Infos : www.crea.ca.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone