iStock

Étude sur la maison intergénérationnelle

Comptant pour 18 % de la population actuellement, les gens âgés de 65 ans et plus représenteront 26 % de la population québécoise en 2036. L’entrée des boomers dans l’âge vénérable bat son plein.

Autre donnée intéressante: le nombre de ménages dirigés par une personne de 75 ans et plus doublera au cours des vingt prochaines années,, rappelle la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

La FCIQ s’attend à ce que de nombreuses familles optent pour la cohabitation intergénérationnelle dans un avenir rapproché. Les enfants voudront vivre près de leurs parents au lieu de les envoyer dans les résidences pour personnes âgées.

La FCIQ a dressé un portrait du marché de la maison intergénérationnelle en 2015 en dressant un comparatif avec la maison unifamiliale conventionnelle.

Voici les grandes lignes.

-1 702 maisons intergénérationnelles ont été l’objet de transactions en 2015 par l’entremise du système Centris®, une hausse de 8 % par rapport à l’année précédente, et de 12 % depuis 2010. Du côté de la maison unifamiliale conventionnelle, la hausse est de 5 % en 2015, avec 52 530 transactions.

-De façon globale, le marché de la maison intergénérationnelle a surpassé celui des maisons unifamiliales dans les six dernières années.

-La Montérégie remporte haut la main la palme du plus grand nombre de ventes de maisons intergénérationnelle en 2015 avec 290 transactions. Suivent les Laurentides, Lanaudière et Montréal avec 269, 268 et 131 ventes. Mention honorable pour certains marchés comme Mirabel (50), Blainville (47), Gatineau (46) et Terrebonne (46).

-L’écart moyen entre le prix médian des maisons intergénérationnelles et celui des propriétés unifamiliales conventionnelles est de 21 412 $ en 2015, soit 9 % en faveur de l’intergénérationnelle.

-Il fallait compter 17 jours de plus en moyenne pour qu’une intergénérationnelle trouve preneur comparativement aux maisons unifamiliales conventionnelles.

Conclusion des experts de la FCIQ : «Bien que le marché de la maison intergénérationnelle évolue lentement au Québec, il n’en demeure pas moins que celui-ci progresse et semble bel et bien gagner en popularité auprès des ménages québécois. Dans un contexte de vieillissement de la population, la maison intergénérationnelle est sans doute une option intéressante pour favoriser le maintien à domicile des aînés, diminuer les frais liés au logement et améliorer les conditions de vie des personnes âgées.»

Photo: istock.com

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone