Madame lave 2250 assiettes en 8 heures

Vaiselle Assiettes ISTOCKPHOTO inusite
Source: iStockphoto

Dans un délai de huit heures, Louise Dooey a réussi l’exploit de laver 2250 assiettes, saladiers et casseroles. Le marathon s’est tenu le 10 janvier 2011 dans les bureaux du Guinness World Records à Londres. Inutile de vous dire qu’il s’agit d’un record.

Il y a des records dont on a de la difficulté à saisir la portée ou même le plaisir de l’établir. Car, il faut bien le reconnaître, qui se précipite pour laver la vaisselle sale en l’absence d’un lave-vaisselle? Il y a même des gens qui instituent une règle vraiment terrible lorsqu’ils s’adonnent à un jeu de société: le perdant fera la vaisselle.
Faire la vaisselle est-elle une tâche aussi rébarbative?

Récemment, quatre personnes appelées à habiter ensemble sous peu se sont réunies pour s’entendre, entre autres, sur le partage des tâches ménagères. Une femme s’est montrée formelle: il y aura un lave-vaisselle dans le logement. Elle s’en prive depuis sept ans. Il y a des limites à tout quand même!

«Moi, laver la vaisselle me détend», a osé affirmer l’un des futurs colocataires. Elle n’est pas seule. Moi aussi, ça me détend. Pas tout l’temps, cela s’entend.

Hier, ma copine m’a dit: «Attends-moi avant de faire la vaisselle. On la fera ce soir ensemble. Ça va nous permettre de jaser du voyage qu’on veut faire.» Précisons que son horaire est très serré. Le mien aussi. Laver la vaisselle pour rapprocher le couple, est-ce possible?

Par contre, comme la plupart des tâches ménagères, faire la vaisselle est parfois source de tension dans un couple. Si bien que la vaisselle sale s’accumule  sur le comptoir à un rythme inquiétant. Chez moi, l’harmonie règne. Ma copine préfère laver la vaisselle que de l’essuyer. Quant à moi, ça m’est égal. Donc, je l’essuie.

Commentaire d’une collègue de travail:  «Mon père m’a enseigné la technique du trempage. On jette tout à l’eau et, le moment venu, tout se lave très bien. Nul besoin de frotter.  Ma mère n’était pas d’accord avec la technique de mon père par contre.»

Cela me rappelle une histoire de Cervantes, l’auteur du célèbre récit de Don Quichotte. Le titre: L’illustre laveuse de vaisselle. Deux fils de nobles se font engager dans une auberge en Espagne car l’un d’eux est tombé follement amoureux de Constance. La beauté de la fille de 15 ans est telle que des voyageurs prolongent leurs séjours pour pouvoir l’admirer.

Aveuglé par l’amour, le fils d’un noble ne voit pas qu’il s’est épris d’une laveuse de vaisselle. Il
se fait narguer par son ami qui meurt d’envie d’aller faire la fête au bord de la mer. Cela ressemble à ceci : « Comment peux-tu tomber amoureux d’une laveuse de vaisselle?» L’amoureux de rétorquer: «Elle ne lave pas la vaisselle. Elle fait de la couture et elle nettoie les pièces d’argenterie de l’auberge. Je ne l’ai jamais vu frotter une assiette!» L’autre réplique: «Mais toute la ville l’appelle la laveuse de vaisselle! Pourquoi tu penses?»

Toutes nos félicitations à Mme Dooey car, 2250 plats en huit heures, c’est de la vaisselle en ta……

Références: Guinness World Records édition 2012; Nouvelles exemplaires, Cervantes, 1959, 502 pages. Collection Le livre de poche classique.

Photo : iStock

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone