iStockphoto

Locataires, réveillez-vous!

iStockphoto
iStockphoto

Je le confesse: durant des années je n’ai pas eu recours à des assurances car je croyais que, comme locataire, c’était le propriétaire qui assumait tout. Un raisonnement qui remonte au temps où j’étais étudiant.

Chambreur, je ne possédais pratiquement rien. Je n’avais donc rien à assurer, je me disais. Pourquoi m’assurer?

Jusqu’au jour où un proche a sonné la cloche. J’ai alors compris que je l’avais échappé belle. Lorsque j’entends quelqu’un raconter un dégât d’eau et qu’il a dû payer les frais parce qu’il n’était pas assuré, je frissonne.

Le Bureau d’assurance du Canada (BAC), par la voix de son directeur des communications et des affaires publiques, Pierre Babinsky, vient tourner le fer dans la plaie.

«Lorsque l’on voit la quantité d’appareils électriques et électroniques dans la plupart des foyers, que l’on ajoute à cela les vêtements d’été, d’hiver et les meubles, il y a fort à parier que si un incendie ravageait l’appartement, il en coûterait plusieurs milliers de dollars au locataire pour remplacer tout ça», dit-il.

Le BAC nous rappelle que:

-Les contrats d’assurance habitation protègent, sous certaines conditions, les assurés et leurs biens lors du déménagement, une raison de plus de ne pas négliger de souscrire une assurance.

D’ailleurs, la couverture en responsabilité civile, qui est incluse dans les contrats, pourrait se révéler fort utile en cas de dommages à un tiers (voisin ou non) ou si une personne qui est venue vous donner un coup de main se blesse durant le déménagement ou à tout autre moment de l’année et que vous en êtes responsable.

-Il faut également penser à communiquer sa nouvelle adresse à son assureur auto. La tarification n’étant pas nécessairement la même d’un quartier à l’autre ou d’une ville à l’autre, l’assureur pourrait avoir à modifier la prime du conducteur.

Pour en savoir davantage, cliquez ici  ou appeler au 1 877 288-4321.

À ce propos, l’assureur belairdirect a tenu un sondage. Résultats: 33 % des locataires n’ont jamais contracté une assurance et 25 % n’y ont jamais songé.

Le sondage a permis de dégager trois mythes chez les locataires.

Mon propriétaire est assuré, donc je le suis!

Réplique de bélairdirect: « Même si le propriétaire du logement possède une assurance, cette dernière ne couvre ni les biens ni la responsabilité civile du locataire. Ainsi, pour être indemnisé pour la perte totale ou partielle de ses biens à la suite, par exemple, d’un incendie, le locataire doit détenir sa propre assurance locataire.»

Mes biens ne valent pas suffisamment cher pour que je les assure.

Réplique de bélairdirect: «Il est important de connaître la valeur de l’ensemble de ses biens, allant des meubles, des vêtements, des souliers et des équipements électroniques aux bijoux, pour prendre la meilleure décision quant au niveau de protection requise. Faire un inventaire peut être aussi simple que de faire une liste appuyée de photos de ses biens ou de faire une vidéo à l’aide de son téléphone intelligent. Imaginez seulement devoir racheter en neuf tout ce que vous avez perdu, et ce, au coût d’aujourd’hui.»

iStockphoto
iStockphoto

L’assurance locataire, c’est trop cher!

Réplique de bélairdirect: «En se basant sur le portefeuille actuel de nouveaux clients au Québec de belairdirect, une assurance locataire auprès de belairdirect peut coûter aussi peu que 16 $ par mois. En sachant que 16 $ par mois peut représenter l’équivalent de quatre cafés achetés au coin de la rue, le temps est peut-être venu de reconsidérer l’achat d’une assurance locataire!»

Photos : iStockphoto

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone