L’hiver et ses petites exigences

iStockphoto LP

Quoi de mieux, après une bonne séance de pelletage, que de relaxer, bien au chaud et les pieds dans nos pantoufles. On peut même agrémenter le tout d’un bon chocolat chaud ou, si le cœur nous en dit, d’une rasade de quelque chose d’un peu plus fort.

Toutefois, il peut arriver que notre tranquillité soit de courte durée. Quels sont ces bruits, un peu sinistres, qui nous tirent de nos rêveries? Selon le CAA-Québec (section habitation), les craquements sont parmi les signes avant-coureurs d’une surcharge de neige sur le toit. Une déformation du plafond, l’apparition de fissures de même que le frottement des portes sont aussi à surveiller.

Le redoux n’améliorera pas la situation non plus car le poids de la neige sera encore  accru. Zut! Pas d’échappatoires alors, et, en présence de ces indices incriminants, il est conseillé de procéder au déblaiement de la toiture. Cela permettra aussi de dégager les ventilateurs de toit et de prévenir les chutes de neige dégringolant de votre toiture et atterrissant  sur les passants. Une pierre trois  coups quoi!

L’idéal est de confier cette tâche à des spécialistes. Mais  si vous décidez de prendre les choses en main, ou plutôt la pelle, il y a des règles de sécurité à respecter.

Premièrement, ne travaillez jamais seul. S’il vous arrivait un pépin, votre comparse pourrait vous porter secours. Ensuite, attachez-vous! La cheminée peut être un bon ancrage à cet effet. Et, qui sait, cette précaution pourra peut-être vous épargner un plâtre ou autres réjouissances de ce genre.

N’utilisez que des pelles de plastique car le métal pourrait endommager le revêtement  du toit. Sachez également que votre échelle sera plus stable, donc plus sécuritaire, si elle est plantée dans un banc de neige plutôt que posée sur votre entrée bien déneigée.

Il est recommandé de laisser une couche de neige de 4 à 6 pouces sur la toiture afin de ne pas abîmer les bardeaux. Vous serez peut-être tenté de vous débarrasser complètement de la corvée de déneigement du toit avant de déblayer la neige accumulée au sol. Malheureusement, ce n’est pas une bonne idée car la neige du dessous sera alors plus compacte, et donc, plus difficile à déplacer. Allez, descendez! Vous remonterez plus tard, la neige ne s’envolera pas (malheureusement).

Après ces quelques minutes (heures) de plaisir, voici maintenant le moment du repos bien mérité, sans douleurs musculaires, je vous le souhaite. Le pelletage est fini jusqu’à…

Sources : CAA/trucs et conseils ; Anne Drolet, 3 janvier 2008, Le Soleil/Lapresse.ca

Source photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone