iStock

Levée de boucliers contre le cannabis

Les associations de propriétaires d’immeubles locatifs du Québec redoutent la légalisation du cannabis au Canada. Ils entrevoient un tas de nouveaux problèmes que les propriétaires auront à gérer, sans compter l’impact que peut avoir la consommation de cannabis sur la qualité de vie des locataires.

Dès janvier dernier, l’Association des propriétaires d’appartements du Grand Montréal (APAGM) prescrivait à ses membres, en cette période de renouvellement des baux, d’inscrire dans l’avis de renouvellement l’interdiction de consommer du cannabis dans les logements.

Toujours en janvier, la CORPIQ publiait les résultats d’un sondage. On apprenait que 42 % des membres de la corporation se montraient« très inquiets » et 30 % « plutôt inquiets » devant l’éventuelle légalisation du cannabis.

«Même si les propriétaires conservent le droit dans leurs baux d’interdire aux locataires de fumer, faire respecter cette interdiction n’est déjà pas facile. À cela s’ajouterait le contrôle des plantations et le risque qu’il y ait dans l’immeuble du commerce de marijuana», signalait le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, Hans Brouillette.

Et M. Brouillette d’ajouter: « Le gouvernement du Canada doit considérer l’énorme différence entre la culture et la consommation de cannabis dans une demeure appartenant à l’occupant, et celle qui s’opèrerait dans un logement loué. Dans le premier cas, celui qui cultive et consomme choisit lui-même d’assumer les risques de dommages à sa propriété et à sa santé. Dans le cas d’immeubles locatifs, le propriétaire subirait contre son gré ce choix et on l’empêcherait de protéger ses autres locataires et son immeuble. La CORPIQ compte sur le bon jugement du gouvernement Trudeau pour éviter cela.»

La semaine dernière, c’était au tour de l’Association des propriétaires du Québec (APQ) de manifester son inquiétude par la voix de son président Martin Messier: «De plus en plus, les locataires cherchent des milieux sans fumée : les effluves de marijuana constituent une nuisance encore bien plus grande qui est à l’origine de nombreuses plaintes, alors que le propriétaire a l’obligation de procurer la jouissance paisible des lieux à tous ses locataires! »

Photo: istock.com

À lire aussi:
Comment gérer la culture de cannabis si vous êtes propriétaire de logement

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page