Les ravages du ver blanc dans la pelouse

Ver Blanc Pelouse ISTOCKPHOTO art-de-vivre
Source: iStockphoto

L’été dernier, ma pelouse était truffée de grandes plaques jaunes à plusieurs endroits. J’ai cru que mon gazon était brûlé à ces emplacements. L’été avait été plutôt chaud et sec, après tout. Mais ce printemps, je dois constater qu’il y a une autre raison. Car, voyez-vous, ma pelouse est encore comme de la paille. Lorsque je passe le râteau, tous les brins s’arrachent, sans effort. Ma pelouse n’a plus de racines. En fait, je n’ai plus vraiment de pelouse. Elle est détruite à 90%. On voit ma pelouse dévastée sur la photo. Là où il n’y a pas d’arbres.

En observant de près mon sol, j’ai pu constater la présence de nombreux vers blancs. Que faire devant un ennemi aussi efficace? Enlever la terre?

Nul besoin de s’éreinter. À la pépinière Gaétan Chassé à Trois-Rivières, on m’a conseillée de commencer par étendre du terreau sur toute la surface de la pelouse. Ne vous contentez pas de ne soigner que les parties atteintes. Les vers blancs sont assez débrouillards pour trouver une zone non protégée si c’est nécessaire.

Par la suite, semez du gazon puis arrosez abondamment. Une nouvelle pelouse, bien fournie, rendra la période de ponte des vers blancs plus ardue. La dernière étape consiste à répandre des nématodes (une autre sorte de ver) sur toute la surface à traiter. Ces vers sont des prédateurs naturels du ver blanc.

Pelouse Vers blancs 2
Casarazzi

Lors de l’achat des vers, on vous dira de les conserver au réfrigérateur jusqu’à l’utilisation. À ce moment, vous déposerez le contenu de la boîte dans un contenant conçu pour une utilisation avec un boyau d’arrosage. Vous le remplissez d’eau et vous agitez le tout. Vous poursuivez en aspergeant votre pelouse jusqu’à l’épuisement de la solution. Dans les jours suivants , arrosez quotidiennement la surface traitée.

N’oubliez pas de demander un permis spécial à votre municipalité pour pouvoir arroser ainsi. Il est important de savoir qu’un second épandage de nématodes sera nécessaire vers la fin août.

Et les platebandes, nécessitent-elles ces mesures de sauvetage? À la Fleuristerie Gauthier, on me dit qu’on peut les traiter s’il n’y a pas de paillis. Les nématodes ne pourraient, en effet, traverser ce tapis protecteur. Toutefois, les vers blancs ne peuvent endommager sérieusement les vivaces et arbustes. Ils grappilleraient les racines, tout au plus. Ils préfèrent la pelouse.

Il semble que la présence de vers blancs sur un territoire soit cyclique. Nous en avons pour quelques années à être aux aguets. Ensuite, les citoyens d’autres municipalités seront les élus. À tous ceux et celles qui se trouvent dans la même situation que moi, courage, nous vaincrons!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone