Les propriétés se font plus abordables

Le prix moyen des propriétés grimpe toujours. Il grimpe moins vite ces derniers temps, mais il monte quand même. Pauvres futurs propriétaires, pensez-vous, et pauvres propriétaires à la recherche d’une nouvelle résidence.

iStockphoto
iStockphoto

Détrompez-vous! Selon le rapport trimestriel de RBC section économique, le prix moyen des propriétés reste abordable au Québec. Mieux : les propriétés en général n’ont jamais été aussi accessibles depuis des années.

Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef RBC, nous explique: «Au troisième trimestre, il était un peu plus facile d’être propriétaire de son logement grâce à l’augmentation du revenu des ménages, à des taux d’intérêt bas et stables et à une diminution des coûts des services publics dans beaucoup de régions du pays. Même Toronto a eu droit à un répit. La revente de logements atteint pratiquement le niveau le plus élevé depuis le début de 2010 et le ton général sur le marché du logement du Canada est relativement bon à ce stade-ci.»

Au troisième trimestre de 2014, RBC fait état au Québec, d’une baisse de 0,8 point de pourcentage pour les appartements en copropriété et de 0,4 pour les maisons à deux étages.  Du côté des bungalows, rien n’a bougé.

M. Wright ajoute: « La convergence d’une augmentation graduelle des taux d’intérêt et de la hausse des prix inversera probablement l’amélioration de l’accessibilité à la propriété enregistrée cette année et fera de plus en plus diminuer la demande des acheteurs d’un logement au Canada. Nous nous attendons à ce que la prochaine phase du cycle de l’immobilier résidentiel marque une transition vers un ralentissement de la revente et des augmentations de prix. »

Détail intéressant sur la copropriété: « Il ressort des données les plus récentes que l’accessibilité des appartements en copropriété s’est généralement encore améliorée, une forte majorité des marchés du Canada ayant vu chuter la mesure de ce segment, signale M. Wright, les appartements en copropriété demeurent l’option la plus abordable dans tous les marchés. »

La mesure d’accessibilité à la propriété de RBC se fonde sur le calcul du montant qu’il en coûte pour posséder un logement comparativement à la valeur de marché.  Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher pour acquérir et détenir une propriété, selon les valeurs du marché. À titre d’exemple: une mesure d’accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d’un ménage type.

Cette mesure d’accessibilité ne représente pas les coûts réels payés par les propriétaires actuels, signale RBC dans le communiqué de presse, la grande majorité d’entre eux ayant acheté leur maison par le passé selon des valeurs considérablement différentes de celles en cours dans les derniers mois.

Pour en savoir davantage sur les autres provinces et obtenir d’autres informations générales, il faut consulter le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié.

Photo : iStockphoto LP

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone