Les paradis du loft

Souvent créé dans un bâtiment industriel désaffecté, le loft offre un immense espace ouvert à décorer, une seule pièce dont la dimension tourne autour de 500 mètres carrés, avec une hauteur sous plafond jusqu’à trois mètres et plus.

Peu de portes, peu de murs, souvent pas du tout. Une vague de lumière naturelle venant des longues fenêtres verticales le long du mur inonde l’espace central. À ces fenêtres s’ajoutent parfois une façade entièrement vitrée, des puits de lumière ou des fenêtres sur le toit.

iStockphoto
iStockphoto

Partout des colonnes et des poutres de bois ou d’acier, des surfaces de béton, de briques et de métal. Et abandonnés sur les lieux des vestiges qui rappellent le passé du bâtiment : poulies, caisses de bois, plateforme, lavabo géant, rails, conduits de climatisation, table en acier, cheminée surdimensionnée.

Que fait-on dans ce décor peu raffiné? On aménage son petit chez soi pour y vivre.

Les travaux de nettoyage terminés, on passe à l’action. Le plus souvent, les propriétaires conservent les traces de l’ancienne vocation du bâtiment à des fins décoratives. C’est le propre du loft. C’est ce qui le distingue du penthouse.

Si des cloisons sont requises pour une certaine intimité, elles doivent se faire le plus discrètes possible pour ne pas briser la continuité de l’espace et la vague de lumière. Voilà pourquoi les murs entiers se font rares. Ou bien les aires sont regroupées par deux, exemple le salon avec la salle à manger, ou bien on voit apparaître murets, écrans mobiles, panneaux opaques ou translucides.  

Le loft est le paradis de la couleur. Les propriétaires y ont souvent recours pour diviser l’espace par blocs: une couleur dominante par aire, ou bien une couleur dominante au rez-de-chaussée et une deuxième à l’étage, une mezzanine la plupart du temps.

Ce peut être aussi une seule couleur, dominante, pour l’ensemble du loft. La plupart des propriétaires optent pour une couleur plutôt neutre, comme le blanc ou le gris. Par contre, certains se déculpabilisent joyeusement en donnant libre cours à leurs fantasmes. Pourquoi se priver avec des surfaces aussi généreuses de leur espace? Vous aimez le mauve? Gâtez-vous! Le mur sera mauve d’un bout à l’autre. Ou rose bonbon ou lavande.

iStockphoto
iStockphoto

Vous aimez le noir? Le loft s’y prête à merveille car le noir, qui a tendance à écraser et à obscurcir, sera contenu par la lumière naturelle et le volume de l’espace, surtout s’il s’associe au blanc, son faire-valoir.

Les purs et durs du loft par contre ne veulent en rien affecter l’esprit industriel des lieux. Ils se tournent davantage vers des couleurs comme argent, brun et prune sombre. Ils raffolent d’ailleurs des matériaux industriels comme le cuivre, le laiton, le fer, l’inox.

Le loft est le paradis de l’éclairage, qui constitue une autre façon de mieux définir l’espace de chacune des aires, souvent grâce aux projecteurs accrochés aux poutres ou montés sur des rails. Pour le reste, amusez-vous en créant un effet théâtral un peu partout: des jeux de lumière sur la brique ou derrière des panneaux colorés semi transparents.

Le loft est également le paradis des contrastes. C’est un autre moyen de diviser l’espace. Les possibilités sont nombreuses: finitions impeccables contre la rugosité des matériaux d’origine, le style contemporain contre l’hyper décadent, couleur froide contre couleur chaude.

Le loft, c’est la démesure. Reste que vous pouvez décorer votre loft comme bon vous semble. Du moment que vos yeux pétillent une fois que tout sera fini.

Références :
Transformer l’espace, Nonie Niesewand, Gründ, 1999, 219 pages

The big book of Lofts, Antonio Corcuera and Aitana Lleonart, Collins Design, 2007, 383 pages

Lofts minimalistes, Aurora Cuito, éditions Proxima 2003, 213 pages

Loft Design, solutions for creating a livable space, Katherine Stone, Quarry Books, 2005, 159 pages

Photos: iStockphoto

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone