Les jeunes d’aujourd’hui sont plus riches

iStockphoto LP
iStockphoto LP

Un sondage de BMO nous apprend que les jeunes de la génération actuelle, nés entre 1981 et 2001, sont plus solides financièrement que leurs parents.

Par contre, comme nous le savons toutes et tous, acheter une résidence représente un défi plus grand que la génération précédente.

Voici les grandes lignes du rapport que vous pouvez obtenir sur demande auprès de BMO Banque de Montréal:

Emplois : Le marché de l’emploi est plus accueillant aujourd’hui pour les jeunes qu’il y a trois décennies.

Les post-boomers qui cherchent un emploi ont 93 pour cent de chances d’en trouver un, comparativement à 90 pour cent pour les jeunes du milieu des années 1980.

Le taux de chômage avait monté en flèche au début des années 80, en particulier chez les jeunes. Aujourd’hui, les jeunes chômeurs restent sans emploi presque un mois de moins que dans le milieu des années 80.

Aujourd’hui, plus de jeunes ont un emploi ou en cherchent un, bien qu’un moins grand nombre d’entre eux travaillent à plein temps.

Revenus : Le plus grand nombre d’années d’études des post-boomers leur rapporte des revenus légèrement plus élevés que ceux de leurs parents.

Indexé en fonction de l’inflation, le revenu médian des personnes âgées de 25 à 34 ans a crû de 33 900 $ en 1984-88 à 34 700 $ en 2011; les post-boomers peuvent acheter environ deux pour cent plus de biens et services que le pouvaient leurs parents en 1984.

Patrimoine : Les jeunes familles sont plus riches que l’étaient leurs parents il y a trois décennies.

La valeur médiane nette des foyers dirigés par une personne âgée de 25 à 34 ans était de 52 000 $ en 2012, environ le double qu’en 1984 (28 752 $ en dollars constants de 2012).

Pour les familles dirigées par une personne âgée de 35 à 44 ans, la valeur nette médiane s’établissait à 182 500 $ en 2012, encore une fois environ le double de ce qu’elle était en 1984.

Dettes : Bien qu’elles soient plus riches, les jeunes familles ont un niveau d’endettement plus élevé.

En 2012, 84,4 pour cent des personnes âgées de 25 à 34 ans avaient des dettes, comparativement à 82 pour cent en 1984, et plus de jeunes propriétaires d’une maison détenaient une hypothèque (85,6 pour cent par rapport à 79,2 pour cent, respectivement).

Les jeunes sont vraisemblablement aux prises avec des dettes d’études plus élevées, si on considère que les droits de scolarité ont crû trois fois plus vite que les prix à la consommation depuis 1984.

Logement : les post-boomers doivent débourser davantage pour accéder au marché immobilier

Le prix moyen des maisons équivalait à 10,4 fois le revenu médian des jeunes familles en 2011, soit plus du double du ratio d’il y a trente ans, par rapport au revenu. Malgré le fait que les taux hypothécaires affichaient deux chiffres en 1984, les jeunes propriétaires d’aujourd’hui doivent débourser plus d’argent pour rembourser une hypothèque.

Plusieurs post-boomers ne peuvent s’offrir les marchés des maisons individuelles de Vancouver et Toronto, ou devront s’endetter davantage pour y accéder.

Pour plus d’infos: BMO.com

photo: iStociphoto lp

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone