Légère hausse des ventes

Octobre 2015 fut un bon mois par rapport à septembre de la même année puisque les ventes résidentielles ont augmenté à l’échelle du pays, rapporte l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

iStock
iStock

Voici les faits saillants rapportés intégralement:

  • Les ventes résidentielles ont augmenté de 1,8 % à l’échelle nationale de septembre à octobre.
  • Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont peu changé (+0,1 %) par rapport à octobre 2014.
  • Le nombre de nouvelles inscriptions a augmenté de 0,9 % de septembre à octobre.
  • Le marché canadien du logement demeure équilibré dans l’ensemble.
  • L’Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) a augmenté de 6,7 % d’une année à l’autre en octobre.
  • Comparativement à octobre 2014, le prix de vente moyen au Canada a grimpé de 8,3 % en octobre 2015. Les régions du Grand Vancouver et du Grand Toronto en sont directement responsables. Si on les écarte, la hausse est de 2,5 %.
  • Le volume de maisons ayant changé de propriétaire a augmenté de 1,8% en octobre 2015 par rapport au mois de septembre, indiquent les systèmes MLS® des chambres et associations immobilières canadiennes.

Pauline Aunger, présidente de l’ACI, jette un éclairage sur ces statistiques: « Le prolongement des bas taux d’intérêt appuie les ventes résidentielles. Malgré cela, la vigueur des ventes varie selon l’endroit et le segment de prix dans l’ensemble du pays. Étant donné que les transactions immobilières s’effectuent à l’échelle locale, votre courtier ou agent immobilier demeure votre meilleure source de renseignements pour comprendre l’évolution du marché de l’habitation où vous demeurez ou souhaitez demeurer à l’avenir. »

Gregory Klump, économiste en chef, ajoute: « On note en octobre le prolongement des tendances du marché résidentiel de la revente au cours des derniers mois. Les maisons unifamiliales continuent de se faire rares tandis que la demande demeure forte dans un certain nombre de marchés de l’habitation actifs et populeux en Colombie-Britannique et en Ontario. Entre-temps, l’énorme surplus d’appartements en copropriété reste le même. L’équilibre entre l’offre et la demande est normalement plus serré pour les maisons unifamiliales que pour les appartements en copropriété, et cela est peu susceptible de changer dans un proche avenir. Pour cette raison, les hausses de prix des maisons unifamiliales devraient continuer de surpasser celles des appartements en copropriété pour un certain temps.»

Pour plus d’infos, cliquez ici .

Photo: iStock.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone