Le taux fixe gagne en popularité

Source : iStockPhoto

Selon un sondage réalisé pour le compte de la Banque CIBC début mars, 50% des Canadiens opteraient pour un taux hypothécaire fixe aujourd’hui. La proportion était de 39% l’an dernier.

Quant au taux variable, son degré de popularité n’a pas changé, la proportion s’établissant à 32%  Le pourcentage d’indécis, lui, a fondu considérablement. De 30% l’an dernier, il est de 18% cette année. Conclusion : la plupart des Canadiens indécis l’an dernier se sont rangés du côté du taux fixe devant la stabilité du taux d’intérêt.

Dernier résultat: seulement 6% des Canadiens estiment que les taux hypothécaires risquent de baisser d’ici un an tandis que 86% croient qu’ils ne bougeront pas. S’ils bougent, ce sera vers le haut.

Aux yeux de la CIBC, c’est une bonne nouvelle puisque cela veut dire que beaucoup de propriétaires ont tenu compte d’une hausse éventuelle du taux d’intérêt dans leur stratégie de planification hypothécaire, ce qui est un signe de prudence en soi.

« Le choix entre une hypothèque à taux fixe ou à taux variable est un des plus importants que doivent faire ceux qui accèdent pour la première fois à la propriété tout comme ceux qui détiennent déjà une hypothèque, et la faiblesse actuelle des taux est un facteur additionnel dont les emprunteurs devront tenir compte dans le choix de l’hypothèque qui leur convient le mieux », souligne Colette Delaney, vice-présidente à la direction, Hypothèques, Prêts, Assurance et Produits d’épargne à la Banque CIBC.

Mme Delaney rappelle aux propriétaires et futurs propriétaires qu’il faut éviter de choisir le mode d’emprunt entre le fixe et le variable en ne tenant compte que du taux d’intérêt en cours. D’autres spécialistes l’ont maintes fois souligné d’ailleurs. Exemples: le tempérament et la santé de l’emprunteur, la volonté d’effectuer des paiements supplémentaires en cours de route, la capacité de résister aux dépenses superflues, la facilité à épargner, la présence ou l’absence d’une planification budgétaire sont d’autres facteurs qui entrent en ligne de compte.

Par ailleurs, selon un sondage de BMO mené en février, « les deux tiers des Canadiens envisagent d’immobiliser leur prêt hypothécaire à un taux fixe pour assurer la stabilité de leurs mensualités.»

Aucun doute là-dessus: le taux fixe triomphe par les temps qui courent.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone