Le paradis d’une folle

Il était une fois une femme qui traita sa fille de folle pour avoir achetéune maison juchée sur les falaises du lac Ontario, une propriété de 4,9hectares dans la municipalité de Scarborough. Elle avait l’habitude de dire àsa fille : « Toi et ton paradis de folle! ». Puisquel’expression a duré, on présume que c’était davantage un « RunningGag » ou une « Inside Joke ».

La fille propriétaire s’appelait Doris McCarthy (photo Vicky Jones Wikipedia). Elle est une artiste canadienne bienconnue pour son talent à peindre des paysages, les icebergs en particulier. Elleétait aussi professeur et globe-trotter.

Lorsqu’un artiste vit le coup de foudre pour un endroit, c’est généralementparce qu’il sent que l’inspiration va couler à flots. C’est probablement ce quis’est passé puisque Doris McCarthy a fini par faire de sa résidence secondaire surles falaises du lac Ontario (photo typique ci-dessous), achetée en 1939, sa résidence permanente. Encore unefois, un artiste a cédé à la tentation de déménager soit dans un chalet, soitdans une résidence secondaire, et de faire de la vie récréative sa viequotidienne.

La maison de Doris était placée sur un site écologiquement vulnérable(érosion) et géologiquement intéressant. En 1986, elle s’est départie de 2,8hectares au profit de l’Office de protection de la nature de Toronto et de larégion.

« En 1998, Mme Carthy a offert le reste de la propriété à la Fiducie dupatrimoine ontarien, ainsi qu’une fiducie résiduaire de bienfaisance, grâce à laquelle la propriété seraentretenue à perpétuité. Elle a maintenu une propriété viagère afin des’assurer qu’après sa mort, la propriété servirait de refuge aux artistes, auxmusiciens et aux écrivains, offrant par la même occasion un cadre unique pourles activités patrimoniales », lit-on dans le communiqué de presse de la Fiduciedu patrimoine ontarien.

Doris McCarthy est décédée le 25 novembre dernier.

« Au cours de l’année, la Fiducie travaillera à la conception d’unrefuge qui reflétera la vision de Mme McCarthy, permettant ainsi à d’autresartistes d’être inspirés par la beauté de la propriété, comme elle l’étaitelle-même. Les renseignements sur la propriété seront affichés à www.heritagetrust.on.ca dès qu’ilsseront disponibles » rapporte le communiqué.

Ces histoires-là me font toujours sourire. D’abord parce que la résidencepermanente a pris le bord au profit de la propriété récréative, ensuite parcequ’il est toujours émouvant de voir un homme ou une femme s’éclater sous letoit de son « chalet ».

Lire mon billet : Le lieu idéal pour s’éclater au http://espace.canoe.ca/group/chaletsmaisonsdecampagne/blog/view/466512

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone