Le marché tente de reprendre son souffle

iStockphoto LP

La croissance des prix s’affaiblit dans la grande région de Montréal, le nombre de transactions diminue et les mises en chantier baissent au Québec,  suivant ainsi la tendance canadienne.  Le scénario annoncé par les experts se concrétise.

Selon la base de données provinciale Centris  des courtiers immobiliers, tous les types de propriété ont vu leur prix battre de l’aile en janvier 2013 dans la région de Montréal, comparativement à janvier 2012.

Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la Chambre immobilière du Grand Montréal : « Le prix médian de l’unifamiliale a augmenté de 2 % en janvier 2013, comparativement à janvier de l’an dernier, alors que celui de la copropriété est resté inchangé. Le prix médian de la copropriété avait augmenté de façon presque ininterrompue depuis le mois d’août 2009. »

Le contraire aurait été surprenant lorsqu’on apprend que le nombre de transactions conclues a baissé de 14% durant la même période.

Cette baisse se situe à 10% à Laval, 11 % pour la Rive-Sud, 13 % pour la Rive-Nord et 16 % à Montréal.

Quant au prix médian de l’unifamiliale, il a augmenté de 11% à Montréal et de 3% sur la Rive-Sud. Celui de Laval diminuait de 1%, celui de la Rive-Nord de 3 %.

Paul Cardinal, directeur, analyse du marché pour la Fédération des chambres immobilières du Québec. « Cette modération dans la croissance des prix est conforme à nos prévisions pour l’année 2013. Le marché de l’unifamiliale se rééquilibre et celui de la copropriété se dirige vers un marché d’acheteur.»

Pendant ce temps, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé en termes de chantiers d’habitation  baissait en janvier au Québec par rapport à décembre, passant de 35 599 à 25 062, annonce la Société canadienne d’hypothèque et de logement.

Selon la SCHL, ce n’est qu’un début.

Au Canada, ce nombre se situait à 160 577 par rapport à 197 118 en décembre. La diminution est spectaculaire dans les centres urbains du Canada pour les logements collectifs, soit 28,9%.  Celle des maisons individuelles est de 11,2%.

Références : La Société canadienne d’hypothèque et de logement et les statistiques des ventes résidentielles Centris

Photo : iStockphoto LP

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone