Le marché de la revente se redresse

La pause de janvier est terminée. Les ventes résidentielles ont augmenté de 1,4 % au Canada en février, selon les statistiques les plus récentes de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Par rapport à février 2011, ces ventes ont bondi de 8,6%. Le nombre total de maisons à vendre et inscrites à l’ACI a augmenté de 1,9%,  et l’on doit une bonne partie de la hausse aux villes de Montréal et de Toronto.

Le prix moyen des maisons à l’échelle nationale a connu une hausse de 2% par rapport à février 2012  pour se situer à 372,763$ . Pour boucler la boucle : le nombre de maisons ayant changé de main en janvier et février 2012 a augmenté de 6,7% comparativement aux deux premiers mois de 2011.

Conclusion: tous les indicateurs montrent que le marché progresse d’un bon pas avant l’arrivée du printemps.

« En février 2011, le prix moyen national a été hissé plus haut en raison d’une montée en flèche des ventes haut de gamme dans certains des quartiers cossus de Vancouver et nous ne nous attendions pas que la situation se répète cette année », fait savoir Gregory Klump, l’économiste en chef de l’ACI. « D’une part les données de février le confirment, mais d’autres facteurs contribuent également à tenir le prix moyen national élevé. Le facteur principal est le marché immobilier de Toronto, où l’équilibre serré entre l’offre et la demande continue à faire grimper considérablement les prix des maisons au pays, notamment ceux des maisons unifamiliales isolées. »

D’autre part, le marché reste équilibré en ce sens que le niveau des ventes et le niveau des nouvelles inscriptions s’équivalent. Parallèlement, le nombre de mois d’inventaire, soit le temps qu’il faudrait pour vendre l’inventaire actuel au taux de ventes actuel, est demeuré inchangé, soit 5,9 mois. L’écart entre l’offre et la demande fait donc preuve de stabilité.

L’ACI nous signale que les ventes touchant les maisons unifamiliales isolées, généralement plus dispendieuses que les autres types d’habitation, sont à la hausse ces derniers mois au pays, ce qui pousse le prix moyen des maisons vers le haut.

Pour terminer, le président de l’ACI Gary Morse nous glisse un mot sur la part des ventes résidentielles dans la croissance économique canadienne.

« Il importe de se rappeler que les ventes et achats de maisons par le biais du système MLS® sont une source importante de l’activité économique et de la création d’emplois. Les dépenses de consommation totales qu’ils ont générées ajouteront environ 19,4 milliards de $ à l’économie et créé plus de 159 000 emplois en 2012, » dit-il.

On se dirige vers le site de l’ACI pour en savoir davantage.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone