Le marché de la revente bondit de 2,2 %

Le volume de transactions sur le marché résidentiel s’est élevé à 456 749 au pays en 2011, une croissance de 2,2 % par rapport à 2010.

L’année 2011 s’est terminée en force grâce à une hausse de 1,8% en décembre par rapport en novembre, avec le résultat que les quatre derniers mois de l’année ont affiché une augmentation.

Si on compare décembre 2011 à décembre 2010, l’augmentation a été de 4,6%. Telles sont les plus récentes statistiques de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

« Le rythme des ventes est une preuve manifeste que les bas taux d’intérêt continuent à attirer les consommateurs vers le marché de l’habitation », affirme Gary Morse, le président de l’ACI. « Bien que les acheteurs se font de plus en plus prudents, le recul des ventes au début de l’année porte à croire que le marché résidentiel canadien continuera à tirer profit des bas taux d’intérêt en 2012 et à contribuer de façon considérable à l’économie canadienne.

Le prix moyen réel d’une maison au pays (sans tenir compte des variations saisonnières) a monté de 0,9% en décembre dernier pour se situer à 347 801$.

« Quoique le rythme des ventes et le prix moyen au pays demeure toujours positif, il perd de la vitesse; cela porte à croire que les bas taux d’intérêt empêcheront le marché résidentiel canadien de surchauffer », fait remarquer Gregory Klump, l’économiste en chef de l’ACI. « Il est peu probable que les ventes de maisons haut de gamme montent en flèche au premier trimestre, comme ce fut le cas au début de 2011; par conséquent, il est possible que le prix moyen baisse davantage à l’échelle nationale, au cours des prochains mois. Compte tenu qu’on s’attend généralement que les taux d’intérêt demeurent toujours favorables en 2012, les maisons continueront à être abordables, et par conséquent à soutenir l’activité du marché résidentiel. »

Toujours à l’échelle nationale, le nombre de mois d’inventaire était de 5,8 mois à la fin de décembre. Il s’agit d’une légère baisse, la quatrième consécutive. Cette statistique indique le nombre de mois nécessaires pour écouler l’inventaire actuel au taux de ventes actuel. L’ACI fait remarquer qu’il s’agit d’un outil efficace pour mesurer l’équilibre entre l’offre et la demande de logements.

Quant aux nouveaux mandats, ils ont  augmenté de 3 % de novembre à décembre.

Pour en savoir davantage, on se dirige vers le site de l’ACI.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone