Le lourd fardeau de l’hypothèque

L’automne dernier, la société Research House a mené un sondage au profit de la Banque Manuvie du Canada auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés de 30 à 59 ans dont le ménage gagne plus que 50 000 $ par année.

Le but : mesurer l’état d’esprit des Canadiens face à leurs dettes, souvent colossales. Conclusion : trop de propriétaires canadiens éprouvent des difficultés à rembourser leurs dettes.

70 % des répondants ayant contracté une hypothèque ont avoué ne pas avoir remboursé un dollar de plus durant la dernière année. Ils se sont limités aux paiements mensuels prévus. Pourtant, indique la Banque Manuvie, « selon les chiffres fournis par la calculatrice hypothécaire accessible sur le site de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, si le titulaire d’un prêt hypothécaire de 200 000 $ (amorti sur 25 ans et remboursé mensuellement à un taux de 4 %) augmentait ses versements de 100 $ par mois, il économiserait plus de 17 000 $ en frais d’intérêts et rembourserait son prêt hypothécaire près de trois ans et demi plus tôt que prévu. »

Autre statistique intéressante du sondage :  65 % des propriétaires ont négligé de comparer les différentes offres hypothécaires disponibles sur le marché. Autrement dit, ils ont refusé de « magasiner » leur hypothèque. Ont-ils laissé passer des occasions de contracter une dette hypothécaire moins lourde que celle qu’ils doivent rembourser actuellement?

De plus, signale la Banque Manuvie, « en dépit du nombre record de propriétaires au pays (77 %) pour qui se libérer de leurs dettes est une priorité importante, de nombreux Canadiens n’ont toujours pas recours aux divers moyens pourtant simples de rembourser leurs dettes plus rapidement. Plus de six Canadiens sur dix (61 %) ont éprouvé de la difficulté à réduire leurs dettes depuis un an. Parmi eux, 25 % mentionnent avoir accru leur taux d’endettement, 15 % affirment que ce dernier n’a pas changé et 21 % disent qu’il a diminué, mais moins que prévu. »

La Banque ajoute : « À la question demandant aux répondants d’indiquer les principaux obstacles au remboursement de leurs dettes, les trois réponses les plus fréquentes sont le manque de liquidités excédentaires qu’ils peuvent y affecter (54 %), le montant global de leurs dettes (43 %) et les taux d’intérêt à payer sur leurs dettes (39 %), même si ceux-ci demeurent près de leur plus faible niveau jamais enregistré. Pour le quart des Canadiens (27 %), le nombre de dettes exigibles freine leur remboursement. »

La Banque Manuvie se dit étonnée de l’attitude passive des Canadiens et rappelle que les moyens de rembourser une dette plus rapidement existent bel et bien: créer un plan de remboursement, consolider les dettes ou encore consulter un expert en la matière.

Le rapport complet se trouve au www.banquemanuvie.ca/recherche-endettement.

(Source CNW)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone