Le chalet qui domine le monde

La volonté de dominer se reflète souvent dans l’immobilier. Pensez aux cathédrales, aux basiliques, aux églises construites au-dessus des vallées, aux énormes châteaux, aux manoirs des lords britanniques, aux somptueuses propriétés des gens riches et célèbres.

Adolf Hitler n’y échappait pas.

On sait que la peinture était une passion pour le dictateur allemand, mais c’est à travers l’architecture que l’homme a le mieux traduit son besoin de domination, de puissance et de liberté absolue, l’essence du fascisme.

Mis à part ses nombreux quartiers généraux, Hitler s’était fait construire trois immeubles en Bavière, sur les flancs des Alpes, près de la frontière autrichienne, à proximité de la ville de Salzbourg.

Il y avait le Berghof, sa résidence secondaire et son refuge préféré, où il recevait les dignitaires étrangers. Hitler avait conçu les plans lui-même. Érigé sur le flanc d’une montagne, le bâtiment avait vue sur une superbe vallée.

En face du Berghof se trouvait la maison de thé. Tous les jours en après-midi, Hitler faisait sa promenade quotidienne en dirigeant ses pas vers ce petit bâtiment où, semble-t-il, il aimait relaxer, seul, avec ses amis ou sa compagne Eva Braun. On aime croire que certaines décisions politiques du dictateur ont été prises au cours de ces nombreuses promenades.

Le plus spectaculaire des trois bâtiments par contre est le Kehlsteinhaus, un chalet devant servir de centre de conférence aux Nazis. Un diplomate français rendant visite à Hitler avant la Deuxième Guerre mondiale fut si impressionné par la position de l’immeuble qu’il le surnomma le «Nid d’aigle».

C’est que le bâtiment est situé sur le flanc du Hoher Göll (2500 mètres d’altitude), au sommet d’une montagne appelée Kehlstein, à une hauteur de 1 834 mètres. Lorsqu’on regarde la photo, un léger frisson se fait sentir car on a l’impression qu’elle traduit le but ultime de l’existence d’Hitler: dominer le monde en l’écrasant sous ses bottes.

Encore une fois, nous prenons conscience de l’énorme puissance de l’immobilier et de l’architecture dans l’expression des sentiments humains. On risque peu de se tromper en affirmant qu’Hitler devait avoir l’impression de s’envoler en accédant au Kehlsteinhaus. Cette vue devait le rassurer dans les périodes de doute et le ramener à son objectif premier: la domination du monde.

Les Nazis firent construire une route de 6,5 kilomètres menant à une plate-forme d’où le visiteur devait franchir un tunnel d’une longueur de 124 mètres avant de s’échapper, dans un ascenseur en bronze poli, vers le chalet situé à 120 mètres plus haut.

Photo de ChrisO sur Wikipedia CCP

Hitler se rendit peu souvent au Kehlsteinhaus; une vingtaine de fois, semble-t-il. Différentes hypothèses ont été avancées, parfois teintées d’ironie. Le chancelier allemand craignait les turbulences au sommet: mal d’altitude, vertige, orages, sans compter l’ascenseur qui se rendait au sommet en 40 secondes. Tout compte fait, était-il fait pour dominer le monde?

Le Kehlsteinhaus a été construit en 1937, deux ans avant le début de la guerre. Pour jeter un coup d’œil à l’intérieur visitez le site thirdreichruins.com

Non seulement le chalet y est représenté sous toutes les coutures (portail de marbre, portes de bronze, cuisine, salle de réception), mais vous y trouverez d’autres informations pertinentes.

Sources : Wikipedia français et Wikipedia anglais aux articles Kehlsteinhaus ; thirdreichruins.com

Source photo : ChrisO sur Wikipedia Creative Commons Paternité

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Une réflexion sur “ Le chalet qui domine le monde ”

Les commentaires sont fermés.