L’art de louer un chalet

Les vacances arrivent et vous songez à louer un chalet. Déjà en partant, le choix a baissé de volume puisque plusieurs se réservent un an à l’avance alors qu’un bon nombre se louent dès l’hiver. Mais avec un peu de chance, une patience d’ange et un grand sens du compromis, il est toujours possible de dénicher quelque chose qui aura le mérite de vous faire vivre des moments inoubliables.    

Internet reste le moteur de recherche de prédilection. Attention! De belles photos peuvent parfois cacher de mauvaises surprises. Il faut savoir interroger le propriétaire pour obtenir une description fidèle au site. La même prudence s’applique si vous utilisez les journaux comme moyens de recherche. Des agents immobiliers offrent aussi leurs services à leurs clients à la recherche d’un chalet ou d’une maison de campagne.

Si vous voulez déconnecter non seulement du stress quotidien mais aussi d’une vie sociale trépidante, évitez les chalets trop près des lacs où le va-et-vient et le tapage nocturne sont monnaie courante.

Mais retraite quasi complète ne signifie pas ne rien faire. Souvent, on aime bien les longues ballades en forêt pour décompresser. Donc, très important de s’assurer que l’environnement se prête bien à ce type d’activité. Et vouloir vivre en solitaire ne veut pas dire non plus vivre dans une obscurité absolue, la nuit venue, et isolé du reste de la planète. Vous avez droit à un éclairage décent et à un chemin praticable et sans danger qui vous mènera à un village pas situé à l’autre bout du monde.

Pour les familles et les couples voulant s’amuser, donc passer les vacances là ou ça brasse, une série de questions au propriétaire s’impose. Souvenez-vous qu’il est parfois difficile de dormir près d’une route achalandée ou d’un voisin dont le chalet est pratiquement situé dans votre cour, qu’il est frustrant de rouler des kilomètres et des kilomètres pour louer un film, manger un morceau au restaurant ou faire son épicerie, qu’il est juste décevant de constater que la plage, les aires de jeu ou la piscine sont trop loin pour les enfants, qu’il est désagréable de se rendre compte qu’il n’y a ni literie, ni vaisselle, ni micro-ondes, ni douche, ni table de plein air, etc.      

Pour éviter tous ces désagréments, vaut mieux que l’on prenne le temps d’écrire sur une feuille ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas, ce que l’on apporte et ce que l’on s’attend à trouver au chalet. Ainsi, on gagne du temps avant d’échanger avec le propriétaire.   

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone