L’argent roule dans l’immobilier!

Investisseurs et passionnés de l’habitation! Vous avez sûrement lu l’article de La Presse du 28 août dernier. Sinon, lisez bien ceci: « Pas plus tard qu’en mai dernier, écrit le journaliste, l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) prédisait que le nombre de reventes de maisons dégringolerait de 14,7% cette année. Rectification de tir majeure, hier: la baisse, finalement, ne devrait atteindre que 0,4%. »

Les analystes consultés par La Presse avouent qu’ils ont été pris de court par la performance de l’immobilier. Pourtant, les pertes d’emploi continuent. Pourtant, le chômage persiste. Pourtant, le niveau d’endettement augmente. Mais le secteur de l’immobilier fait fi des mauvaises nouvelles et vogue allègrement vers une année pour le moins surprenante.

Donc, les consommateurs s’amusent! Devant la faiblesse du taux d’intérêt et les prix abordables des maisons, les Canadiens, reconnus de plus pour leur sens de l’épargne, ont jugé que le moment était le bon pour passer à l’action. Le volume de maisons passant d’un propriétaire à l’autre atteint des taux record, la construction résidentielle augmente d’un trimestre à l’autre et l’argent roule. 

Aux Etats-Unis, même chant d’allégresse! La confiance des consommateurs américains envers l’économie est revenue, déjouant une fois de plus les prédictions alarmistes des analystes. Mettons-nous dans la peau d’un propriétaire américain un moment! Après avoir été traumatisé par la descente aux enfers du secteur immobilier les deux dernières années, et voyant la valeur de sa maison fondre comme neige au soleil, il se réveille un beau matin et constate que le prix des maisons…cesse de piquer du nez! Ce fut le cas le mois dernier. Il y a de quoi se réjouir, surtout quand on est criblé de dettes!     

Avis aux investisseurs! L’influent Conference Board livrait ses dernières prévisions récemment. Conclusion : le Manitoba et les provinces atlantiques seront les seules provinces à échapper à la récession en 2009. Pas de croissance phénoménale, mais pas de repli non plus. Et la Saskatchewan jouera le rôle de leader au niveau de la reprise l’an prochain suivie de près par l’Alberta et la Colombie-Britannique. Toutes ces provinces auront une croissance supérieure à 3%. Qui sera le mouton noir? Terre-Neuve qui ne sera pas sorti du bois, même en 2010.  

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone