L’architecte était un moine

J’y suis allé bien des fois quand mon fils était très jeune. On flânait une heure ou deux à l’intérieur de l’édifice et à l’extérieur.

Abbaye Saint-Benoit-du-lac (photo autorisée par l'Abbaye)
Abbaye Saint-Benoit-du-lac. L’aile hôtellerie est teintée en vert, au centre c’est l’église et à droite le monastère. (photo autorisée par l’Abbaye)

Je contemplais l’architecture et la déco, respirais le grand air et me laissais bercer par le chant des moines. Mon fils faisait tout ça lui aussi. Sauf que dans sa tête se déroulait une bataille de chevaliers. Ils s’affrontaient dans les couloirs du monastère, dans le réfectoire, à la fromagerie, dans le cloître, dans la tour, dans les chambres de l’hôtellerie, dans le bois environnant. Sans compter les envahisseurs qui arrivaient par bateau sur le lac Memphrémagog.

Associer le monastère à une bataille de chevaliers est un réflexe facilement compréhensible chez un enfant vu l’architecture un tantinet gothique du bâtiment. Ajoutez à cela les tourelles, les murs de pierre et le chant grégorien et vous avez tout pour jeter le feu dans l’imagination d’un enfant captivé par les chevaliers et les bâtiments du Moyen Âge.

L’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac est l’un des joyaux du parc immobilier du Québec. Non seulement les lieux se prêtent à la méditation, mais l’édifice lui-même n’a pas son pareil dans notre province.
Construit en 1912 par des moines bénédictins originaires de la Normandie en France, l’abbaye a connu un début d’existence précaire. Les premiers moines ont commencé par acheter une ferme au bord du lac. Le premier oratoire était d’ailleurs situé dans une pièce de la maison de la ferme.

Cloitre de Dom Bellot (photo autorisée par l'abbaye Saint-Benoit-du-lac)
Cloitre de Dom Bellot (photo autorisée par l’abbaye Saint-Benoit-du-lac)

Puis, on a procédé à la construction d’une vaste maison en bois. En 1938, on décide de bâtir un monastère. La communauté bénédictine fait appel à un architecte français, Dom Paul Bellot, qui franchira l’Atlantique pour venir bâtir la maison des moines.

Dom Paul Bellot est un moine-architecte de réputation internationale. Des historiens de l’architecture ont fait son éloge. Il a été l’un des premiers à recourir au béton armé comme matériau de construction. Il affectionnait aussi la brique.

Dom Paul Bellot semble s’être accroché les pieds au Québec puisqu’il est mort à Montréal en 1944. C’est lui qui a conçu, avec Lucien Parent, le dôme de la basilique de l’Oratoire Saint-Joseph.

Tour Saint-Jean-Baptiste (photo autorisée par l'abbaye Saint-Benoit-du-lac)
Tour Saint-Jean-Baptiste (photo autorisée par l’abbaye Saint-Benoit-du-lac)

Pourquoi les moines bénédictins ont choisi l’Estrie pour s’implanter? Pour la beauté des lieux, les splendeurs de l’automne, l’immensité du lac, la proximité des montagnes, l’éveil du printemps, la féérie de l’hiver.

La région est vraiment propice à la méditation et à la création. Je suis presque certain d’avoir croisé un jour Luc Plamondon. À cheval sur un vélo, les écouteurs sur les oreilles, il s’était arrêté pour écrire quelque chose dans un calepin. Le parolier avait déjà sacré l’Estrie la plus belle région du Québec.

Pour explorer l’abbaye en photos et si l’histoire de la construction de l’abbaye vous intrigue, ou encore celle de la communauté bénédictine, lisez les références suivantes:

  • L’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac et ses bâtisseurs, Claude Bergeron et Geoffrey Simmins, avec la collaboration de Dom Jean Rochon, O.S.B. Les Presses de l’Université Laval, 1997, 323 pages
  • Dans la beauté de la paix, histoire de l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, 1912-2012, Dom René Salvas, O.S.B. Novalis, 2012, 245 pages
  • Wikipedia francais à l’article Abbaye Saint-Benoit-du-Lac
  • Wikipedia français à l’article Dom Paul Bellot
  • Site officiel de l’abbaye Saint-Benoit-du-Lac

Photos autorisées par le Père Minier de l’abbaye Saint-Benoit-du-lac, qu’on remercie chaleureusement.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone